Que celui qui pense être debout prenne garde de tomber !

 

Paul lance ce conseil à nous tous dans sa première épître aux Corinthiens, chapitre 10       au verset 12. Je vous conseille de prendre cet avertissement très au sérieux et pour vous y encourager, voici quelques exemples parmi d’autres de la Bible d’hommes qui « sont tombés » après avoir pourtant vécu selon la Parole de manière exemplaire !

 

 

Moïse.

 

Moïse est bien la personne dont on ne s’attendrait pas à le voir trébucher quand on a lu sa conduite des plus remarquables depuis son appel par Yéhoah pour libérer le peuple d’Israël de la dure captivité en Egypte.

Paul le cite en exemple en le comparant au Sauveur en Hébreux 3 :2

« Il (= Jésus) a été fidèle à celui qui l’avait établi, comme Moïse le fut dans toute la maison d’Yéhoah. 

Paul confirme les paroles d’Yéhoah lui-même en Nombres 12 : 7-8

« Il n’en est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison. Je lui parle de vive voix, je me fais voir sans énigmes, et il contemple une représentation d’Yéhoah… »

Un peu avant, au verset 3, la Parole montre les très grandes qualités de Moïse :

« Or, Moïse était un homme très humble, plus qu’aucun être humain sur la face de la terre. »

 

Et malgré tout cela, Moïse a craqué et a perdu son sang-froid  aux eaux de Mériba, à la fin des 40 années de séjour dans le désert. Lisons ce qui est arrivé en Nombres 20 : 7-13

« 7. Yéhoah parla à Moïse, et dit: 8. Prends la verge, et convoque l`assemblée, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez en leur présence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l`eau du rocher, et tu abreuveras l`assemblée et leur bétail. 9. Moïse prit la verge qui était devant Yéhoah, comme Yéhoah le lui avait ordonné. 10. Moïse et Aaron convoquèrent l`assemblée en face du rocher. Et Moïse leur dit: Écoutez donc, rebelles! Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l`eau? 11. Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l`eau en abondance. L`assemblée but, et le bétail aussi. 12. Alors Yéhoah dit à Moïse et à Aaron: Parce que vous n`avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d`Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne. 13. Ce sont les eaux de Meriba, où les enfants d`Israël contestèrent avec Yéhoah, qui fut sanctifié en eux. »

 

Moïse a trébuché en faisant croire au peuple que c’est Aaron et lui qui avaient le pouvoir miraculeux de faire sortir de l’eau du rocher à Mériba.

Et comme « Qui aime bien châtie bien » (Proverbe 3 : 12 ou Hébreux 12 : 6), Yéhoah a châtié sévèrement Moïse en ne lui autorisant pas l’entrée en Terre Promise !

 

A ce sujet, il est intéressant de noter que la disparition de l’amour dans nos sociétés occidentales se traduit notamment par une volonté de ne plus châtier. On ne frappe plus et on n’est souvent plus en droit de frapper les enfants qui se conduisent mal. Le pouvoir judiciaire met tout en œuvre pour ne plus exercer de jugement sur les condamnés qui ont pourtant commis des crimes souvent crapuleux. Les hommes ne comprennent plus qu’un châtiment est avant tout un acte d’amour et non de haine.

 

Cela se poursuit avec Saül, le premier roi d’Israël !

Au moment où il apprend que c’est à lui que Yéhoah veut qu’on donne l’onction comme roi, Saül fait preuve d’une grande humilité  en disant à Samuel :

« Ne suis-je pas Benjaminite, de l’une des plus petites tribus d’Israël ? Mon clan n’est-il pas le plus petit de tous les clans des tribus de Benjamin ? » (I Samuel 9 : 21).

Au moment de son intronisation, il va se cacher du côté des bagages. Ensuite, il continue à travailler aux champs comme si de rien n’était !

Mais quelque temps plus tard, quel grand changement va s’opérer chez Saül lorsqu’il va s’arroger le droit d’offrir un holocauste en prenant indûment la place de Samuel! A partir de ce moment où Samuel lui fait savoir qu’il est rejeté, Saül va s’enfoncer de plus en plus vers le monde des ténèbres avec quelques étapes marquantes :

1.     Une désobéissance en ne dévouant pas par interdit Agag, l’Amalécite et les biens de ce peuple maudit.

2.     Sa haine envers David, le nouveau oint d’Elohim, haine allant jusqu’à essayer de le faire mourir, tantôt en l’envoyant faire des missions dangereuses, tantôt en tentant de l’assassiner de sang-froid plusieurs fois!

3.     En ne tenant pas parole en refusant à David sa fille Mérab qu’il lui avait pourtant promise.

Saül est tristement tombé et ne s’est jamais relevé.

David, ne pas confondre ses épreuves avec ses châtiments.

 

David, le deuxième roi humain du peuple d’Israël, était un roi qui presque toute sa vie durant, avait la remarquable habitude de consulter son Créateur avant de prendre des décisions importantes.

Sauf au moins une fois, c’est la fois où comme DSK aujourd’hui, il n’a pu résister au charme de la belle Bath Cheba, l’épouse de son fidèle général Urie, le Héthien ( le Hittite). Il la viole et comme elle devient enceinte, il ne parvient pas à masquer les circonstances en faisant croire que l’enfant à naître serait d’Urie. Il décide alors de faire assassiner Urie et s’approprie sa femme.

Il se repentira publiquement de cet acte odieux et supportera le châtiment sévère qu’Yéhoah lui imposera quasiment jusqu’à sa mort.

Vous pourrez lire plus en détail ces événements en lisant sur ce site l’article intitulé « épreuve et châtiment ».

 

Salomon, roi d’Israël.

 

Voilà bien un des rois les plus célèbres de toute l’histoire du monde qui avait tout pour réussir pendant son règne et pourtant il va tomber lamentablement à la fin de son règne.

Salomon est un roi à qui Elohim en personne apparaît et à qui est accordée  sagesse, connaissance, richesse et gloire comme jamais plus ce ne fut accordé dans l’histoire ! Lisons cela en II Chroniques 1 : 7-13 :

« 7. Pendant la nuit, Elohim apparut à Salomon et lui dit: Demande ce que tu veux que je te donne. 8. Salomon répondit à Elohim: Tu as traité David, mon père, avec une grande bienveillance, et tu m`as fait régner à sa place. 9. Maintenant, Yéhoah Elohim, que ta promesse à David, mon père, s`accomplisse, puisque tu m`as fait régner sur un peuple nombreux comme la poussière de la terre! 10. Accorde-moi donc de la sagesse et de l`intelligence, afin que je sache me conduire à la tête de ce peuple! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si grand? 11. Elohim dit à Salomon: Puisque c`est là ce qui est dans ton coeur, puisque tu ne demandes ni des richesses, ni des biens, ni de la gloire, ni la mort de tes ennemis, ni même une longue vie, et que tu demandes pour toi de la sagesse et de l`intelligence afin de juger mon peuple sur lequel je t`ai fait régner, 12. la sagesse et l`intelligence te sont accordées. Je te donnerai, en outre, des richesses, des biens et de la gloire, comme n`en a jamais eu aucun roi avant toi et comme n`en aura aucun après toi. »

 

Salomon eut le privilège unique de pouvoir construire le Temple d’Elohim à Jérusalem.

 

Malheureusement Salomon se détourna de son Créateur et excité par l’amour de femmes étrangères, il alla vers d’autres dieux comme cela nous est écrit en I Rois 11: 1-13 :

 

«1. Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille de Pharaon: des Moabites, des Ammonites, des Édomites, des Sidoniennes, des Héthiennes, 2. appartenant aux nations dont Yéhoah avait dit aux enfants d`Israël: Vous n`irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous; elles tourneraient certainement vos coeurs du côté de leurs dieux. Ce fut à ces nations que s`attacha Salomon, entraîné par l`amour. 3. Il eut sept cents princesses pour femmes et trois cents concubines; et ses femmes détournèrent son coeur. 4. A l`époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son coeur vers d`autres dieux; et son coeur ne fut point tout entier à Yéhoah, son Elohim, comme l`avait été le coeur de David, son père. 5. Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l`abomination des Ammonites. 6. Et Salomon fit ce qui est mal aux yeux de Yéhoah, et il ne suivit point pleinement Yéhoah, comme David, son père. 7. Alors Salomon bâtit sur la montagne qui est en face de Jérusalem un haut lieu pour Kemosch, l`abomination de Moab, et pour Moloc, l`abomination des fils d`Ammon. 8. Et il fit ainsi pour toutes ses femmes étrangères, qui offraient des parfums et des sacrifices à leurs dieux. 9. Yéhoah fut irrité contre Salomon, parce qu`il avait détourné son coeur de Yéhoah, l’Elohim  d`Israël, qui lui était apparu deux fois. 10. Il lui avait à cet égard défendu d`aller après d`autres dieux; mais Salomon n`observa point les ordres de Yéhoah. 11. Et Yéhoah dit à Salomon: Puisque tu as agi de la sorte, et que tu n`as point observé mon alliance et mes lois que je t`avais prescrites, je déchirerai le royaume de dessus toi et je le donnerai à ton serviteur. 12. Seulement, je ne le ferai point pendant ta vie, à cause de David, ton père. C`est de la main de ton fils que je l`arracherai. 13. Je n`arracherai cependant pas tout le royaume; je laisserai une tribu à ton fils, à cause de David, mon serviteur, et à cause de Jérusalem, que j`ai choisie. »

 

Asa, roi de Juda.

 

Asa est un deuxième exemple d’un roi qui avait tout pour rester debout et continuer à marcher dans la voie de Yéhoah. La bible nous dit tant de bien sur sa conduite durant la première partie de son règne en II Chroniques 14 : 1-7 :

 

« 1. Asa fit ce qui est bien et droit aux yeux de Yéhoah, son Elohim. 2. Il fit disparaître les autels de l`étranger et les hauts lieux, il brisa les statues et abattit les idoles. 3. Il ordonna à Juda de rechercher Yéhoah, l’Elohim de ses pères, et de pratiquer la loi et les commandements. 4. Il fit disparaître de toutes les villes de Juda les hauts lieux et les statues consacrées au soleil. Et le royaume fut en repos devant lui. 5. Il bâtit des villes fortes en Juda; car le pays fut tranquille et il n`y eut pas de guerre contre lui pendant ces années-là, parce que Yéhoah lui donna du repos. 6. Il dit à Juda: Bâtissons ces villes, et entourons-les de murs, de tours, de portes et de barres; le pays est encore devant nous, car nous avons recherché Yéhoah, notre Elohim, nous l`avons recherché, et il nous a donné du repos de tous côtés. Ils bâtirent donc, et réussirent. 7. Asa avait une armée de trois cent mille hommes de Juda, portant le bouclier et la lance, et de deux cent quatre-vingt mille de Benjamin, portant le bouclier et tirant de l`arc, tous vaillants hommes. »

 

Ensuite, le même chapitre poursuit et montre combien ce roi est humble et met toute sa foi en Yéhoah :

 

« 8. Zérach, l`Éthiopien, sortit contre eux avec une armée d`un million d`hommes et trois cents chars, et il s`avança jusqu`à Maréscha. 9. Asa marcha au-devant de lui, et ils se rangèrent en bataille dans la vallée de Tsephata, près de Maréscha. 10. Asa invoqua Yéhoah, son Elohim, et dit: Yéhoah, toi seul peux venir en aide au faible comme au fort: viens à notre aide, Yéhoah, notre Elohim! car c`est sur toi que nous nous appuyons, et nous sommes venus en ton nom contre cette multitude. Yéhoah, tu es notre Elohim: que ce ne soit pas l`homme qui l`emporte sur toi! 11. Yéhoah frappa les Éthiopiens devant Asa et devant Juda, et les Éthiopiens prirent la fuite. 12. Asa et le peuple qui était avec lui les poursuivirent jusqu`à Guérar, et les Éthiopiens tombèrent sans pouvoir sauver leur vie, car ils furent détruits par Yéhoah et par son armée. Asa et son peuple firent un très grand butin; 13. ils frappèrent toutes les villes des environs de Guérar, car la terreur de Yéhoah s`était emparée d`elles, et ils pillèrent toutes les villes, dont les dépouilles furent considérables. 14. Ils frappèrent aussi les tentes des troupeaux, et ils emmenèrent une grande quantité de brebis et de chameaux. Puis ils retournèrent à Jérusalem. »

 

Le chapitre suivant montre aussi comment Asa encourage son peuple à revenir à Yéhoah en faisant disparaître les abominations païennes du territorie de Juda et de Benjamin. Il restaure l’autel de Yéhoah dans le Temple. Il n’a pas hésité non plus à retirer à sa propre mère la dignité de reine-mère parce qu’elle rendait encore un culte à Achéra (alias Isthar).

Mais vers la fin de son règne, il fait un mauvais choix en faisant plus confiance au support du roi de Syrie qu’en Yéhoah devant la menace de Baesha, roi d’Israël. Lisons quelques passages de II Chroniques 16 qui illustrent comment Asa a chuté très gravement allant jusqu’à mettre en prison le voyant de Yéhoah :

 

« 1. La trente-sixième année du règne d`Asa, Baescha, roi d`Israël, monta contre Juda; et il bâtit Rama, pour empêcher ceux d`Asa, roi de Juda, de sortir et d`entrer. 2. Asa sortit de l`argent et de l`or des trésors de la maison de Yéhoah et de la maison du roi, et il envoya des messagers vers Ben Hadad, roi de Syrie, qui habitait à Damas. 3. Il lui fit dire: Qu`il y ait une alliance entre moi et toi, comme il y en eut une entre mon père et ton père. Voici, je t`envoie de l`argent et de l`or. Va, romps ton alliance avec Baescha, roi d`Israël, afin qu`il s`éloigne de moi. 4. Ben Hadad écouta le roi Asa; il envoya les chefs de son armée contre les villes d`Israël, et ils frappèrent Ijjon, Dan, Abel Maïm, et tous les magasins des villes de Nephthali. …

7. Dans ce temps-là, Hanani, le voyant, alla auprès d`Asa, roi de Juda, et lui dit: Parce que tu t`es appuyé sur le roi de Syrie et que tu ne t`es pas appuyé sur Yéhoah, ton Elohim, l`armée du roi de Syrie s`est échappée de tes mains. 8. Les Éthiopiens et les Libyens ne formaient-ils pas une grande armée, avec des chars et une multitude de cavaliers? Et cependant Yéhoah les a livrés entre tes mains, parce que tu t`étais appuyé sur lui. 9. Car Yéhoah étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le coeur est tout entier à lui. Tu as agi en insensé dans cette affaire, car dès à présent tu auras des guerres. 10. Asa fut irrité contre le voyant, et il le fit mettre en prison, parce qu`il était en colère contre lui. Et dans le même temps Asa opprima aussi quelques-uns du peuple.»

 

Et son règne se termine misérablement dans la douleur :

 

« 12. La trente-neuvième année de son règne, Asa eut les pieds malades au point d`éprouver de grandes souffrances; même pendant sa maladie, il ne chercha pas Yéhoah, mais il consulta les médecins. 13. Asa se coucha avec ses pères, et il mourut la quarante et unième année de son règne; »

 

Josaphat.

 

Les hauts et les bas de l’attitude du roi Josaphat sont  aussi là pour nous mettre en garde contre toute tentation de nous associer avec un pouvoir, même frère, qui serait lié avec une croyance étrangère et donc automatiquement ennemie de notre Créateur. Aujourd’hui, nous pourrions appeler cela de l’œcuménisme avec ses dangers.

Dès le début de son règne, Josaphat se pose en ennemi des pratiques du royaume d’Israël au nord et fait disparaître du royaume de Juda tous les symboles associés aux cultes païens encore existant. En conséquence, Yéhoah lui donne tout son support en fortifiant son règne et en l’enrichissant.

Josaphat va faire encore plus en introduisant et organisant un enseignement des lois de la Bible dans tout le pays et Yéhoah crée autour de son règne un aura de crainte respectueuse qui fait que même ses ennemis jurés que sont les Philistins et les Arabes lui offrent des présents et lui paient un tribut.

 

Mais néanmoins, Jospahat va chuter. Sa première chute a lieu quand il prend l’initiative de se rapprocher d’Achab roi d’Israël, entre-temps devenu son beau-père. Achab, dont la conduite religieuse est abjecte selon les critères bibliques, séduit Josaphat en essayant de l’entraîner dans une guerre contre le roi de Syrie.

Voici comment la parole de Yéhoah lui est adressée suite à ce premier faux-pas en II Chroniques 19 : 2-3 :

 

« 2. Jéhu, fils de Hanani, le prophète, alla au-devant de lui. Et il dit au roi Josaphat: Doit-on secourir le méchant, et aimes-tu ceux qui haïssent Yéhoah? A cause de cela, Yéhoah est irrité contre toi. 3. Mais il s`est trouvé de bonnes choses en toi, car tu as fait disparaître du pays les idoles, et tu as appliqué ton coeur à chercher Elohim. »

 

Yéhoah se contente d’un rappel à l’ordre qui devait encourager Josaphat à être plus vigilant.

Cela porte ses fruits puisque Josaphat va se concentrer à faire enseigner les lois de la Bible non seulement à son royaume de Juda mais aussi au royaume d’Israël. Il encourage et motive ses sujets dans cette voie.

Yéhoah lui donne miraculeusement son support en réponse à la prière intense que Josaphat lui adresse au milieu de son peuple lorsqu’il demande la protection devant une armée immense d’envahisseurs venant des territoires actuels de Jordanie et de Syrie. Cette aide fut miraculeuse en ce sens qu’Yéhoah et ses armées d’anges ont combattu et exterminé totalement les armées des envahisseurs. Josaphat et son peuple découvrirent une multitude de cadavres et s’enrichirent beaucoup en les dépouillant de leurs biens.

Josaphat trébucha une deuxième fois en s’alliant encore avec le roi impie d’Israël du Nord lors de leur plan de construire une flotte navale commune. Celle-ci fut complètement détruite par Yéhoah :

« Alors Eliézer, fils de Dodavahou de Marécha, prophétisa contre Josaphat et dit : Parce que tu t’es associé avec Ahazia, Yéhoah détruit ton œuvre. Les navires furent brisés et ne purent aller à Tarsis. » (II Chroniques 20 : 37)

 

Joas.

 

En sautant deux générations de rois, nous arrivons à Joas, seul réchappé des descendants du roi précédent, tous les autres ayant été assassinés par la reine mère Athalie. Il est protégé par sa grande-tante, l’épouse du sacrificateur Yehoyada. A l’âge de sept ans, Joas est couronné roi de Juda et il a une conduite remarquable de fidélité à Yéhoah pendant toute la vie de Yehoyada. Il fait ainsi réparer le Temple laissé à l’abandon par ses deux prédécesseurs et ensuite détruit par la reine-mère Athalie.

Mais à la mort du sacrificateur Yehoyada, Joas se détourna de Yéhoah pour écouter les chefs de Juda qui l’encouragèrent à abandonner la Maison de Yéhoah pour rendre un culte aux idoles et aux Achéra (Isthar et consors).

Le comble de l’horreur arrive quand Joas donne l’ordre de lapider dans le Temple, le prophète Zacharie, fils de Yehoyada, son sauveur,  envoyé en dernier recours pour détourner Joas de la mauvaise voie !

Sa fin fut dramatique :

 

« 22. Le roi Joas ne se souvint pas de la bienveillance qu`avait eue pour lui Yehoyada, père de Zacharie, et il fit périr son fils. Zacharie dit en mourant: Que Yéhoah voie, et qu`il fasse justice! 23. Quand l`année fut révolue, l`armée des Syriens monta contre Joas, et vint en Juda et à Jérusalem. Ils tuèrent parmi le peuple tous les chefs du peuple, et ils envoyèrent au roi de Damas tout leur butin. 24. L`armée des Syriens arriva avec un petit nombre d`hommes; et cependant Yéhoah livra entre leurs mains une armée très considérable, parce qu`ils avaient abandonné Yéhoah, l’Elohim de leurs pères. Et les Syriens firent justice de Joas. 25. Lorsqu`ils se furent éloignés de lui, après l`avoir laissé dans de grandes souffrances, ses serviteurs conspirèrent contre lui à cause du sang des fils du sacrificateur Yehoyada; ils le tuèrent sur son lit, et il mourut. » (II Chroniques 24 : 22-25)

 

Amatsia.

 

Le règne d’Amatsia, le fils de Joas, démarre bien dans le respect des commandements de Yéhoah, dans la mesure où Amatsia en a connaissance. Il adopte même une attitude humble lorsqu’il reconnait l’erreur qu’il a faite de faire appel à des troupes du royaume d’Israël du Nord pour combattre son ennemi. Mais il va trébucher misérablement et définitivement au retour de sa victoire sur les Edomites. Au lieu de renforcer ses liens avec Yéhoah, l’auteur de sa victoire, il va adopter les dieux des vaincus, des fils de Seir ! Cela va causer sa perte :

 

« 14. Lorsqu`Amatsia fut de retour après la défaite des Édomites, il fit venir les dieux des fils de Séir, et se les établit pour dieux; il se prosterna devant eux, et leur offrit des parfums. 15. Alors la colère de Yéhoah s`enflamma contre Amatsia, et il envoya vers lui un prophète, qui lui dit: Pourquoi as-tu recherché les dieux de ce peuple, quand ils n`ont pu délivrer leur peuple de ta main? 16. Comme il parlait, Amatsia lui dit: Est-ce que nous t`avons fait conseiller du roi? Retire-toi! Pourquoi veux-tu qu`on te frappe? Le prophète se retira, en disant: Je sais qu’Elohim a résolu de te détruire, parce que tu as fait cela et que tu n`as pas écouté mon conseil .» (II Chroniques 25 : 14-16)

 

En effet, après cela, il va suivre sa mauvaise inspiration et entrer en guerre contre le roi d’Israël du Nord. Il sera battu à plat de couture et mourra finalement assassiné à Lakish.

 

Ozias.

 

Ozias, fils d’Amatsia, eut aussi un commencement de règne où il s’appliqua à rechercher Yéhoah. Il fut supporté en cela par Zacharie, homme qui comprenait les visions d’Elohim. En conséquence son règne s’affermit et sa réputation était grande dans tous les pays autour du royaume de Juda, Egypte et royaume d’Ammon compris.

Mais un jour, sa puissance lui est montée à la tête et il s’enorgueillit jusqu’à se croire en droit d’entrer dans le Temple pour officier lui-même ! La punition de Yéhoah ne se fit pas tarder :

 

« 17. Le sacrificateur Azaria entra après lui, avec quatre-vingts sacrificateurs de Yahvhe, 18. hommes courageux, qui s`opposèrent au roi Ozias et lui dirent: Tu n`as pas le droit, Ozias, d`offrir des parfums à Yéhoah! Ce droit appartient aux sacrificateurs, fils d`Aaron, qui ont été consacrés pour les offrir. Sors du sanctuaire, car tu commets un péché! Et cela ne tournera pas à ton honneur devant Yéhoah Elohim. 19. La colère s`empara d`Ozias, qui tenait un encensoir à la main. Et comme il s`irritait contre les sacrificateurs, la lèpre éclata sur son front, en présence des sacrificateurs, dans la maison de Yahvhe, près de l`autel des parfums. 20. Le souverain sacrificateur Azaria et tous les sacrificateurs portèrent les regards sur lui, et voici, il avait la lèpre au front. Ils le mirent précipitamment dehors, et lui-même se hâta de sortir, parce que Yéhoah l`avait frappé. 21. Le roi Ozias fut lépreux jusqu`au jour de sa mort, et il demeura dans une maison écartée comme lépreux, car il fut exclu de la maison de Yéhoah. » (II Chroniques 26: 17-21)

 

Ezéchias.

 

Voilà un roi dont la bible fait un exemple de soumission fidèle à Yéhoah. Il fait rouvrir les portes du Temple de Yéhoah qui avaient été fermées par son père Ahaz. Il fait purifier le Temple et encourage tout Juda et Israël à venir célébrer la fête de la Pâque à Jérusalem. Jamais une telle Pâque n’avait été célébrée en Israël si ce n’est au temps du roi Salomon ! Ezéchias encourage son peuple à purifier tout le royaume de Juda en éliminant les hauts lieux et divers objets de cultes païens. Il fait réintroduire la pratique de la dîme qui servait à alimenter le sacerdoce.

A Jérusalem encerclée par les armées Assyriennes de Sennachérib, lui et  Esaïe, le prophète encouragent le peuple de Juda affamé à rester attaché à Yéhoah malgré des circonstances de famine sévère et Yéhoah le leur rendit en faisant exterminer tout le commandement du camp assyrien.

Mais, après la guérison miraculeuse d’Ezéchias, le coeur de celui-ci s’est enorgueilli et il montra tous ses trésors à des messagers du roi de Babylone. Cette arrogance d’Ezéchias le fit donc trébucher vers la fin de sa vie mais néanmoins, il s’humilia avant sa mort et cela lui évita bien des malheurs.

 

Josias.

 

Josias est un des derniers rois avant la destruction du royaume de Juda par Babylone. Lui aussi ne va malheureusement pas faire exception. Pourtant l’essentiel de son règne qu’il commence à l’âge de 8 ans est exemplaire. Il fait revenir son peuple vers son Créateur et sous son règne on redécouvre le livre de la loi qui avait disparu pendant les règnes abominables des deux rois précédents que sont Manassé et Amôn.

Josias s’humilie lorsqu’il se rend compte grâce aux enseignements du livre de la loi combien sa vie et celle de son peuple ont été en abomination aux yeux de notre Père.

C’est aussi sous son règne que sera fêtée une des Pâques les plus émouvantes de l’histoire du peuple d’Israël.

Mais il trébuchera lui aussi lorsqu’il ne consultera pas Yéhoah et prendra la décision funeste d’aller combattre le pharaon Néko (ou Nékao).

En effet car Néko n’avait aucune intention belliqueuse vis-à-vis de Josias que du contraire. Il était en mission, envoyé par Yéhoah, pour aller combattre à Karkémish et pour ce faire, il fallait qu’il traverse pacifiquement le royaume de Juda. Ce combat de Josias contre Néko à Meguiddo lui fut fatal et il mourut des suites de ses blessures !

 

Une des clés pour essayer de ne pas tomber : se rappeler humblement que si notre Père nous a choisis comme candidats pour faire partie de son peuple, c’est parce que nous étions vils, faibles et méprisables aux yeux du monde!

C’est en effet ce que Paul nous enseigne au début de sa première épître aux Corinthiens, chapitre 1, versets 26 à 31 :

« 26 Considérez, frères, comment vous avez été appelés : il n’y a parmi vous ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. 27 Mais Elohim a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Elohim a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; 28 Elohim a choisi les choses viles du monde, celles qu’on méprise, celles qui ne sont pas, pour réduire à rien celles qui sont, 29 afin que nulle chair ne se glorifie devant Elohim.

30 Or, c’est par lui que vous êtes en Christ-Jésus qui, de par Elohim, a été fait pour nous sagesse, et aussi justice, sanctification et rédemption, 31 afin, comme il est écrit : Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur. »

Ayons donc toujours l’humilité pour accepter de quiconque les critiques lorsqu’elles sont justifiées et rejetons tout orgueil qui pourrait nous aveugler !

Et si nous tombons, demandons à notre Père son aide pour nous relever !

 

Notre Père a fait en sorte que ces récits  soient tous repris en détail dans Sa Parole pour nous encourager à être des plus vigilants.

Même si nous avons trébuché des centaines de fois, ne nous désespérons pas et relevons-nous en sachant que la patience de notre Père est immense tant Il nous veut du bien. Alors courage et continuons le chemin en sachant qu’une foule de frères anonymes vont faire comme nous. Et surtout, n’oublions pas de consulter notre Père      avant de prendre des décisions à la légère.