L’attitude exemplaire de Jonathan.

Vous êtes-vous déjà penché sur la personnalité de Jonathan, le fils du roi Saül ? Avez-vous déjà pris conscience des dilemmes auxquels il a dû faire face avec succès ? Voici une courte méditation à ce sujet.

La vie de Jonathan doit nous rappeler la nécessité pour chacun de rester humble, mais en parallèle, des événements de sa vie montre combien nous avons le potentiel de paraître grands si nous marchons avec notre Créateur !

Marcher avec son Créateur signifiait pour Jonathan de ne prendre des décisions graves qu’après l’avoir consulté. C’est ce qui ressort de l’épisode de sa vie où son action et celle de son collaborateur supportée par Yéhoah (traduit par l’Eternel) ont été à l’origine d’une grande libération d’Israël de l’occupation oppressante des Philistins. Lisez cela en I Samuel 14 dès le verset 8 :

« 8 Eh bien ! dit Jonathan, passons jusqu’à ces hommes et montrons-nous à eux. 9 S’ils nous disent : Arrêtez jusqu’à ce que nous prenions contact avec vous!  Nous resterons en place, et nous ne monterons point vers eux. 10 Mais s`ils disent: Montez vers nous! Nous monterons, car Yahvé les livre entre nos mains. C`est là ce qui nous servira de signe. 11 Ils se montrèrent tous deux au poste des Philistins, et les Philistins dirent: Voici les Hébreux qui sortent des trous où ils se sont cachés. 12 Et les hommes du poste s`adressèrent ainsi à Jonathan et à celui qui portait ses armes: Montez vers nous, et nous vous ferons savoir quelque chose. Jonathan dit à celui qui portait ses armes: Monte après moi, car Yahvé les livre entre les mains d`Israël. 13 Et Jonathan monta en s`aidant des mains et des pieds, et celui qui portait ses armes le suivit. Les Philistins tombèrent devant Jonathan, et celui qui portait ses armes donnait la mort derrière lui. 14 Dans cette première défaite, Jonathan et celui qui portait ses armes tuèrent une vingtaine d`hommes, sur l`espace d`environ la moitié d`un arpent de terre. 15 L`effroi se répandit au camp, dans la contrée et parmi tout le peuple; le poste et ceux qui ravageaient furent également saisis de peur; le pays fut dans l`épouvante. C`était comme une terreur d’Elohim. 16 Les sentinelles de Saül, qui étaient à Guibea de Benjamin, virent que la multitude se dispersait et allait de côté et d`autre. 17 Alors Saül dit au peuple qui était avec lui: Comptez, je vous prie, et voyez qui s`en est allé du milieu de nous. Ils comptèrent, et voici, il manquait Jonathan et celui qui portait ses armes. 18 Et Saül dit à Achija: Fais approcher l`arche d’Elohim! -Car en ce temps l`arche d’Elohim était avec les enfants d`Israël. 19 Pendant que Saül parlait au sacrificateur, le tumulte dans le camp des Philistins allait toujours croissant; et Saül dit au sacrificateur: Retire ta main! 20 Puis Saül et tout le peuple qui était avec lui se rassemblèrent, et ils s`avancèrent jusqu`au lieu du combat; et voici, les Philistins tournèrent l`épée les uns contre les autres, et la confusion était extrême. 21 Il y avait parmi les Philistins, comme auparavant, des Hébreux qui étaient montés avec eux dans le camp, où ils se trouvaient disséminés, et ils se joignirent à ceux d`Israël qui étaient avec Saül et Jonathan. 22 Tous les hommes d`Israël qui s`étaient cachés dans la montagne d`Éphraïm, apprenant que les Philistins fuyaient, se mirent aussi à les poursuivre dans la bataille. 23 Yahvé délivra Israël ce jour-là, et le combat se prolongea jusqu`au delà de Beth Aven. »

Une autre situation particulièrement difficile à laquelle Jonathan a été confrontée est celle créée par les liens profonds d’amitié qu’il avait avec David, l’oint d’Yéhoah, alors qu’il est lui-même le fils du roi Saül, l’ennemi juré de David. Jonathan a montré sa force de caractère et sa fidélité envers son Créateur en se soumettant toujours aux dix commandements. En effet d’un côté, il a toujours été l’ami fidèle de David en ne lui cachant rien des intentions criminelles de Saül, son père  et de l’autre, il a honoré ce même père en le suivant jusqu’à la mort lors d’un combat perdu d’avance contre les Philistins à proximité du mont Gilboa. Jonathan ne s’est jamais laissé séduire par les propos de son père qui l’incitait à faire périr David puisqu’avec cette mort, le trône était assuré pour Jonathan. Lisons cela en I Samuel 20 depuis le verset 30 :

« 30 Alors la colère de Saül s`enflamma contre Jonathan, et il lui dit: Fils pervers et rebelle, ne sais je pas que tu as pour ami le fils d`Isaï, à ta honte et à la honte de ta mère? 31 Car aussi longtemps que le fils d`Isaï sera vivant sur la terre, il n`y aura point de sécurité ni pour toi ni pour ta royauté. Et maintenant, envoie-le chercher, et qu`on me l`amène, car il est digne de mort. 32 Jonathan répondit à Saül, son père, et lui dit: Pourquoi le ferait-on mourir? Qu`a-t-il fait? 33 Et Saül dirigea sa lance contre lui, pour le frapper. Jonathan comprit que c`était chose résolue chez son père que de faire mourir David. 34 Il se leva de table dans une ardente colère, et ne participa point au repas le second jour de la nouvelle lune; car il était affligé à cause de David, parce que son père l`avait outragé. »

Et enfin lisons comment Jonathan fit courageusement face à la mort en accompagnant son père, le roi Saül dans son dernier combat en I Samuel 31 :

« 1 Les Philistins livrèrent bataille à Israël, et les hommes d`Israël prirent la fuite devant les Philistins et tombèrent morts sur la montagne de Guilboa. 2 Les Philistins poursuivirent Saül et ses fils, et tuèrent Jonathan, Abinadab et Malkischua, fils de Saül. 3 L`effort du combat porta sur Saül; les archers l`atteignirent, et le blessèrent grièvement. 4 Saül dit alors à celui qui portait ses armes: Tire ton épée, et m`en transperce, de peur que ces incirconcis ne viennent me percer et me faire subir leurs outrages. Celui qui portait ses armes ne voulut pas, car il était saisi de crainte. Et Saül prit son épée, et se jeta dessus.”

Alors êtes-vous prêts à vivre comme Jonathan ? Ce n’est pas très compliqué ! Il faut d’abord chercher à suivre les bons conseils de notre Créateur tels qu’ils sont résumés dans les dix commandements. Si ces commandements sont toujours devant nos yeux, nous aurons toujours le courage de suivre le sentier qui mène à la vie éternelle sans avoir jamais froid aux yeux.

Ensuite, nous reconnaîtrons toujours les hommes que notre Père Céleste mettra sur notre chemin et nous nous lierons avec eux. Enfin, nous aurons le plus grand respect pour nos parents et nous les honorerons. Mais cela ne se fera jamais au prix de céder à l’orgueil de vouloir prendre la place d’un autre sil elle ne nous est pas offerte par le Père.