Spécial sur la PÂQUE

INFORMATION SENSATIONNELLE A JERUSALEM:

LE CORPS DU CHRIST N'EST PAS ENCORE MORT!

(Liaison avec notre envoyé spécial à Jérusalem, Paul le Pharisien.)


Il faut fêter la Pâque chaque année.


Yéhoah, traduit par l’Eternel, nous a demandé de fêter la Pâque année après année et cela depuis la sortie d'Egypte.

  1. Yéhoah parla à Moïse et dit:
  2. Parle aux Israélites; tu leur diras: Les solennités que vous publierez seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes solennités.
  3. On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour férié: il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage: c'est le sabbat de Yéhoah, partout où vous habiterez.
  4. Voici les solennités de Yéhoah, les saintes convocations, que vous publierez au temps fixé.
  5. Le quatorze du mois, entre les deux soirs ce sera la Pâque pour Yéhoah
  6. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain pour Yéhoah. Vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain.
  7. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucun ouvrage servile.

(Lévitique 23: 1-7).

Cette année est particulière puisque la Pâque a lieu un vendredi après-midi et le premier jour des pains sans levain est aussi un sabbat.

Nous avons donc le privilège supplémentaire de commémorer et d'admirer la création de notre Père en ce septième jour de la semaine. Ce jour a été béni pour toujours depuis le tout début:

  1. Ainsi furent achevés les cieux, la terre et toute leur armée.
  2. Le septième jour, toute l'oeuvre qu’Elohim avait faite était achevée et il se reposa au septième jour de toute l'oeuvre qu'il avait faite.
  3. Elohim bénit le septième jour et le sanctifia, car en ce jour Elohim s'était reposé de toute l'oeuvre qu'il avait créée.

(Genèse 2: 1-3).

Venons en maintenant au sacrifice et au repas de la Pâque: Yéhoah insiste pour que nous rappelions chaque année la signification de cette fête et il nous explique les raisons de son insistance:

  1. Tu feras en ce jour un récit à ton fils, en disant: C'est à cause de ce que Yéhoah a fait pour moi, lorsque je suis sorti d'Egypte.
  2. Ce sera pour toi comme un signe sur ta main et comme un rappel entre tes yeux, afin que la loi de Yéhoah soit dans ta bouche; car c'est d'une main puissante que Yéhoah t'a fait sortir d'Egypte.
  3. Tu observeras cette prescription au temps fixé, d'année en année.
  4. Quand Yéhoah t'aura fait entrer dans le pays des Cananéens, comme il l'a juré à toi et à tes pères, et qu'il te l’aura donné,
  5. Tu présenteras à Yéhoah tout aîné, même tout aîné des portées du bétail que tu auras: les mâles appartiennent à Yéhoah.
  6. Tu rachèteras avec un agneau tout premier-né de l'âne; et si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l'homme parmi tes fils.
  7. Et lorsque demain ton fils te demanderas: Que signifie cela? Tu lui répondras: Par la puissance de sa main, Yéhoah nous a fait sortir de l'Egypte, de la maison de servitude;
  8. Et, comme le Pharaon refusait avec dureté de nous laisser partir, Yéhoah fit mourir tous les premiers-nés dans le pays d'Egypte, depuis les premiers-nés des hommes jusqu'aux premiers-nés du bétail. Voilà pourquoi j'offre en sacrifice à Yéhoah tout aîné parmi les mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils.
  9. Ce sera comme un signe sur ta main et comme des fronteaux entre tes yeux; car c'est par la puissance de sa main que Yéhoah nous a fait sortir d'Egypte.

(Exode 13: 8-16)

La Pâque tout comme le sabbat est un mémorial de l'oeuvre prestigieuse de Yéhoah et cette fête vient nous la rappeler pour qu'elle ne tombe pas dans l'oubli et pour qu'elle soit ancrée dans la tête de la génération suivante. Chaque année à la Pâque, nous pouvons nous souvenir de la puissance extraordinaire qui a été mise en oeuvre par Elohim pour sauver son peuple.

C'est à ce peuple d’Elohim qu'il vous est loisible d'être greffé si vous souhaitez participer à son brillant futur:

  1. Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, olivier sauvage, tu as été greffé à leur place, et si tu as participé à la racine et à la sève de l'olivier,
  2. Ne te glorifie pas aux dépens des branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte.
  3. Tu diras donc: des branches ont été retranchées, afin que moi je sois greffé.
  4. Fort bien; elles ont été retranchées à cause de leur manque de foi, et toi, tu subsistes par la foi. N'aie pas de pensées hautaines mais de la crainte;
  5. Car si Elohim n'a pas épargné les branches naturelles, il ne t'épargneras pas non plus.
  6. Considère donc la bonté et la sévérité d’Elohim: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté d’Elohim envers toi, si tu demeures dans cette bonté: autrement, toi aussi tu seras retranché.

(Romains 11: 17-22)

Un premier pas pour se greffer au peuple d'Israël, le peuple de Yéhoah, c'est par exemple de se joindre à lui pour fêter la Pâque et chaque année nous enrichir et augmenter nos connaissances en Elohim. Mieux le connaître, c'est mieux l'aimer: l'Ancienne Alliance utilise le mot connaître dans le sens d'aimer quand il s'agit du couple de l'homme et de la femme.


Peut-on comparer notre situation à l'esclavage auquel sont soumis les Hébreux au temps de Moïse?


Cette fête fut instituée avec l'espoir que ceux qui la fêteraient vivent heureux et qu'ils prennent la peine de se rappeler ce qui a été douloureux pour leurs ancêtres.

Cette fête met aussi en évidence qu'il y a un Roi et Père qui veille sur nous pour nous libérer et pour nous faire vivre dans le bonheur si nous acceptons toutefois de suivre ses conseils pour qu'il en soit ainsi.

Si nous voulons comparer plus en détail notre genre de vie aujourd'hui et celui des Hébreux au temps de Moïse, j'espère que nous allons voir des différences très flagrantes. Mais il se peut aussi que la vie de certains lecteurs soit amère et pénible, à ceux-là, je demande de garder espoir en fixant les yeux sur ce qui est advenu finalement au peuple Hébreu.

Les Hébreux à l'époque de cette première Pâque sont forcés à vivre dans un esclavage alors que nous sommes souvent autorisés à vivre librement sur la terre.
Le type d'esclavage auquel est soumis le peuple Hébreu est le pire de ceux qu'on puisse imaginer car en effet ils sont soumis à une autorité Pharaonique qui les hait et qui souhaite les exterminer.

  1. Un nouveau roi vint à régner sur l'Egypte, lequel n'avait pas connu Joseph.
  2. Il dit à son peuple: Voilà le peuple des Israélites qui est plus nombreux et plus puissants que nous.
  3. Allons! Montrons-nous habiles à son égard, de peur qu'il ne se multiplie, car s'il survenait une guerre, il se joindrait à ceux qui nous haïssent pour nous combattre et sortir ensuite du pays.
  4. Alors, on établit sur lui des chefs de corvées afin de l'accabler de travaux pénibles. C'est ainsi qu'il bâtit pour le Pharaon des villes d'approvisionnement: Pitom et Ramsès.
  5. Mais plus on l'accablait, plus il se multipliait et s'accroissait; et l'on eut de l'aversion pour les Israélites.
  6. Alors les Egyptiens assujettirent les Israélites à une servitude rigoureuse.
  7. Ils leur rendirent la vie amère par un rude travail avec l'argile et es briques, et tout le travail des champs, c'est à dire par tout le travail auquel on l'asservissait avec rigueur.
  8. Le roi d'Egypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux nommées: l'une Chiphra et l'autre Poua.
  9. Il leur dit: Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous les verrez sur les sièges, si c'est un garçon, faites-le mourir; si c'est une fille, elle pourra vivre.
  10. Mais les sages-femmes craignaient Elohim et n'agissaient pas comme le leur avait dit le roi d'Egypte; elles laissaient vivre les enfants.
  11. Le roi d'Egypte appela les sages-femmes et leur dit: Pourquoi avez-vous agi ainsi et avez-vous laissé vivre les enfants?
  12. Les sages-femmes répondirent au Pharaon: C'est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les femmes Egyptiennes; elles sont pleines de vie et accouchent avant l'arrivée de la sage-femme.
  13. Elohim fit du bien aux sages-femmes; et le peuple se multiplia et devint très puissant.
  14. Parce que les sages-femmes avaient eu la crainte d’Elohim, Elohim fit prospérer leurs familles.
  15. Alors le Pharaon donna cet ordre à tout son peuple: vous jetterez dans le Nil tout garçon qui naîtra, mais vous laisserez vivre toutes les filles.

(Exode 1: 8-22)

Lisons encore un passage au chapitre 5 du livre de l'exode:

  1. Et le jour même, le Pharaon donna cet ordre aux inspecteurs du peuple et aux commissaires:
  2. Vous ne donnerez plus comme auparavant, de la paille au peuple pour faire des briques; qu'ils aillent eux-mêmes se ramasser de la paille.
  3. Vous leur imposerez néanmoins la quantité de briques qu'ils faisaient auparavant, vous ne la diminuerez en rien; car ce sont des paresseux; voilà pourquoi ils crient en disant: Allons offrir des sacrifices à notre Elohim!
  4. Accablez ces gens de travail….

(Exode 5: 6-9)

Ces lectures illustrent la dureté et la cruauté avec laquelle on traite le peuple Hébreu. Cet esclavage est bien différent de celui qu'ont vécu d'autres esclaves célèbres de la Bible: Joseph, Daniel et Néhémie!

Lisons tout d'abord l'exemple de Joseph:

  1. Cette parole plut au Pharaon et à tous ses serviteurs;
  2. Et le Pharaon leur dit: Pourrions-nous trouver un homme comme celui-ci, ayant en lui l'Esprit d’Elohim?
  3. Le Pharaon dit à Joseph: Dès lors qu’Elohim t'a fait connaître tout cela, il n'y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi.
  4. C'est toi qui seras à la tête de ma maison, et tout mon peuple dépendra de tes ordres. Le trône seul m'élèvera au-dessus de toi.
  5. Le Pharaon dit à Joseph: Vois, je te donne autorité sur tout le pays d'Egypte.
  6. Le Pharaon ôta son anneau de sa main et le mit à la main de Joseph; il le revêtit d'habits de fin lin et lui mit un collier d'or au cou.
  7. Il le fit monter sur le char qui venait en second derrière le sien; et l'on criait devant lui: Abrék! C'est ainsi que le Pharaon lui donna autorité sur tout le pays d'Egypte.
  8. Le Pharaon dit encore à Joseph: Je suis le Pharaon! Et sans ta permission, personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d'Egypte.
  9. Le Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnat-Paenéah. Il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d'On. Joseph sortit alors pour prendre autorité sur le pays d'Egypte.
  10. Joseph était âgé de trente ans lorsqu'il se présenta devant Pharaon, roi d'Egypte…

(Genèse 41: 37-46)

Joseph est aussi esclave en Egypte, mais il a l'estime du Pharaon qui en fait son second avec autorité absolue sur toute l'Egypte. Il lui donne également en mariage la fille d'un des personnages les plus prestigieux dans le pays, le prêtre d'On.

Plus de mille ans après Joseph, Daniel, alors qu'il est esclave en Babylonie, est aussi traité avec tous les honneurs par Nébucadnetsar:

  1. Alors le roi Neboukadnetsar tomba la face contre terre, se prosterna devant Daniel et ordonna de lui offrir des sacrifices et des parfums.
  2. Le roi adressa la parole à Daniel et dit: En vérité, votre Elohim est l’Elohim des dieux et le Seigneur des rois, et il révèle les mystères puisque tu as pu découvrir ce mystère.
  3. Ensuite le roi éleva Daniel et lui fit de nombreux et riches présents. Il lui donna le commandement de toute la province de Babylone et l'établit chef suprême de tous les sages de Babylone.
  4. Daniel pria le roi de remettre l'administration de la province de Babylone à Chadrak, Méchak et Abed-Nego. Et Daniel était à la cour du roi.

(Daniel 2: 46-49)

A peu près à la même époque, mais un peu plus tard, au retour de la captivité du peuple Juif, Néhémie est encore un exemple du bon traitement que peuvent recevoir des esclaves. Lisons ce qu'il nous écrit:

  1. Dès le jour où le roi m'établit comme leur gouverneur dans le pays de Juda, depuis la vingtième année jusqu'à la trente deuxième année du roi Artarxerxès, pendant douze ans, ni moi, ni mes frères n'avons vécu des revenus du gouverneur.

(Néhémie 5: 14)

D'ailleurs Yéhoah dans un message aux captifs de Juda recommande au peuple de vivre heureux dans la déportation:

  1. Voici les termes de la lettre que le prophète Jérémie envoya de Jérusalem au reste des anciens qui avaient été déportés, aux sacrificateurs, aux prophètes et à tout le peuple que Neboukadnetsar avait déporté de Jérusalem à Babylone,
  2. Après que le roi Yekonia, la reine-mère, les chambellans, les ministres de Juda et de Jérusalem, les charpentiers et les serruriers soient sortis de Jérusalem.
  3. Il la remit aux mains d'Eleasa, fils de Chaphân, et de Guemaria, fils de Hilqiya, envoyés à Babylone par Sédécias, roi de Juda, auprès de Neboukadnetsar, roi de Babylone. Elle disait:
  4. Ainsi parle Yéhoah des armées, l’Elohim d'Israël, à tous les déportés que j'ai déportés de Jérusalem à Babylone:
  5. Bâtissez des maisons et habitez-les; plantez des jardins et mangez-en les fruits.
  6. Mariez-vous et engendrez des fils et des filles; mariez vos fils et donnez vos filles en mariage, afin qu'elles enfantent des fils et des filles; multipliez là où vous êtes et ne diminuez pas.
  7. Recherchez la paix de la ville où je vous ai déportés et intercédez auprès de Yahveh en sa faveur, parce que votre paix dépendra de la sienne.

(Jérémie 29: 1-7)

Tous ces exemples décrivent un esclavage où les maîtres dominent mais ont également de l'estime pour leur serviteur. Les esclaves ont l'occasion de connaître le bonheur et de vivre heureux bien que ce ne soit pas une règle générale.

Cet estime peut aller même jusqu'à l'honneur comme ce fut le cas pour Joseph, Daniel ou encore Néhémie. Avec cet honneur vient l'attribution de titre d'autorité ou encore le mariage avec des personnes de renom.

Mais il en est tout à fait autrement quand on en vient à Moïse et au peuple Hébreu de son époque: ici l'autorité pharaonique hait à mort ce peuple et tout ce qu'il incarne et il fait insuffler cette haine chez tout son peuple autant que faire se peut. Cette haine se traduit par l'institution d'un travail forcé par lequel le peuple Hébreu est obligé de faire des travaux durs dans des domaines tels que la construction de villes et de l'agriculture alors que c'est un peuple de bergers. Il doit donc travailler dans ce qu'il ne qu'il ne connait pas et il doit le faire vite et sous la contrainte.

De plus, l'autorité pharaonique met également en place un système visant à l'extermination des enfants mâles.


Le chrétien d'aujourd'hui vit un esclavage plutôt semblable à celui qu'ont connu Joseph, Daniel, Néhémie voire même Abraham!


Le peuple chrétien doit toujours garder en mémoire que comme ce fut le cas pour le Christ, il vit sous l'autorité du Prince de ce monde, à savoir Satan. Satan a autorité sur la terre et il gardera cette autorité jusqu'à l'avènement de Christ en tant que Roi de rois et Seigneur des seigneurs. Mais avant l'avènement du Christ, nous sommes soumis à l'autorité de Satan et nous lui devons le respect suivant en cela l'exemple du Christ qui ne lui a jamais contesté cette autorité!

Le pouvoir de Satan est toutefois limité à tout ce qui est mortel, à notre chair mais il n'a aucun pouvoir sur l'être spirituel en devenir chez le chrétien qui a reçu le Saint-Esprit.

Notre chair, alias le vieil homme dont parle Paul, est de toute façon destinée à mourir. Cette chair obéit et agit en respectant les désirs du Prince de ce monde. Mais le nouvel homme spirituel, engendré en nous par le Saint-Esprit d’Elohim, vit en soumission aux lois du nouveau monde à venir.

Ce nouvel homme est la partie libre qui agit essentiellement grâce à la liberté qu’Elohim met en nous. Paul explique notre situation particulière dans son épitre aux Romains:

  1. Nous savons en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.
  2. Car ce que j'accomplis, je ne le comprends pas. Ce que je veux, je ne le pratique pas, mais ce que je hais, voilà ce que je fais.
  3. Si ce que je ne veux pas, je le fais, je déclare, d'accord avec la loi, qu'elle est bonne.
  4. Maintenant, ce n'est plus moi qui accomplis cela, mais le péché qui habite en moi.
  5. Car, je le sais, ce qui est bon n'habite pas en moi, c'est à dire dans ma chair. Car je suis à même de vouloir mais non pas d'accomplir le bien.
  6. Je ne fais pas le bien que je veux mais je pratique le mal que je ne veux pas.
  7. Si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui l'accomplis, mais le péché qui habite en moi.
  8. Je trouve donc cette loi pour moi, qui veux faire le bien: le mal est présent à côté de moi.
  9. Car je prends plaisir à la loi d’Elohim, dans mon for intérieur,
  10. Mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres.
  11. Malheureux que je suis! Qui me délivrera de ce corps mort?
  12. Grâces soient rendues à Elohim par Jésus-Christ, notre Seigneur!…

(Romains 7: 14-25)

C'est la raison pour laquelle Paul nous encourage dans une autre épitre, celle aux Galates, de faire périr les oeuvres de la chair, en effet, la chair n'aura pas de place dans le monde à venir auquel le vrai christianisme aspire:

  1. Frères, vous avez été appelés à la liberté (celle que nous commémorons comme les Hébreux au moment de la Pâque); seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte vivre selon la chair, mais par amour, soyez des serviteurs les uns des autres.
  2. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
  3. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde de ne pas être détruits les uns par les autres.
  4. Je dis donc: Marchez par l'Esprit, et vous n'accomplirez point les désirs de la chair.
  5. Car la chair a des désirs contraires à l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à la chair; ils sont opposés l'un à l'autre, afin que vous ne fassiez pas ce que vous voudriez.
  6. Mais si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes pas sous la loi.
  7. Or les oeuvres de la chair sont évidentes, c'est à dire inconduite, impureté, débauche,
  8. Idolâtrie, magie, hostilités, discorde, jalousie, fureurs, rivalités, divisions, partis-pris,
  9. Envie, ivrognerie, orgies et choses semblables. Je vous préviens comme je l'ai déjà fait: Ceux qui se livrent à de telles pratiques n'hériteront pas du Royaume d’Elohim.
  10. Mais le fruit de l'Esprit est: amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur, maîtrise de soi;
  11. La loi n'est pas contre de telles choses.
  12. Ceux qui sont au Christ-Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.
  13. Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit.
  14. Ne devenons pas vaniteux en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

(Galates 5: 13-26)

C'est ce combat qui a été mené avec succès par nos ancêtres spirituels. Les quelques récits que nous allons lire sont là pour entretenir notre courage sur le sentier qui conduit vers le monde à venir.

Prenons tout d'abord l'exemple d'Abraham:

  1. Après ces événements, Elohim mit Abraham à l'épreuve et lui dit: Abraham! Il répondit: me voici!
  2. Elohim dit: prends donc ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t'en dans le pays de Moriya et là, offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je t'indiquerai.
  3. Abraham se leva de bon matin, sella son âne et prit avec lui ses deux jeunes serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste et partit pour se rendre à l'endroit qu’Elohim lui avait indiqué.
  4. Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l'endroit de loin.
  5. Alors il dit à ses jeunes serviteurs: Vous, restez ici avec l'âne; le jeune homme et moi nous irons là-haut pour adorer, puis nous reviendrons auprès de vous.
  6. Abraham prit le bois pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac et prit dans sa main le feu et le couteau. Ils marchèrent tous deux ** ensemble.
  7. Alors Isaac adressa la parole à son père Abraham et dit: Mon père! Il répondit: Me voici, mon fils! Il reprit: Voici le feu et l bois; mais où est l'agneau pour l'holocauste?
  8. Abraham répondit: Mon fils, Elohim va se pourvoir lui-même de l'agneau pour l'holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble.
  9. Lorsqu'ils furent arrivés à l'endroit qu’Elohim lui avait indiqué, Abraham y construisit l'autel et disposa le bois. Il ligota son fils Isaac et le mit sur l'autel, par-dessus le bois.
  10. Puis Abraham étendit la main et prit le couteau pour égorger son fils.
  11. Alors, l'ange de Yéhoah l'appela des cieux et dit: Abraham! Abraham! Il répondit: Me voici!
  12. L'ange dit: n'étends pas ta main sur le jeune homme et ne lui fais rien; car j'ai reconnu maintenant que tu crains Elohim et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique.
  13. Abraham leva les yeux et vit par derrière un bélier retenu par un buisson par les cornes; alors Abraham alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils.
  14. Abraham donna à cet endroit le nom d'Adonaï-Yireéh. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui: Sur la montagne de l'Yéhoah, il sera pourvu.

(Genèse 22: 1-14)

Passons maintenant au combat qu'a dû un jour mener Joseph pour vaincre sa chair et lui préférer Elohim:

  1. Après ces événements, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph et dit: Couche avec moi!
  2. Il refusa et dit à la femme de son maître: Voici qu'avec moi mon maître ne s'occupe de rien dans la maison et qu'il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient;
  3. Il n'y a personne de plus grand que moi dans cette maison et il ne m'a rien interdit, sauf toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Elohim?
  4. Elle avait beau en parler jour après jour à Joseph, il n'écoutait même pas ses propositions de coucher auprès d'elle pour s'unir à elle.
  5. Un jour, il entra dans la maison pour faire son ouvrage. Il n'y avait là, dans la maison, personne des gens de la maison;
  6. Alors elle le saisit par son vêtement en disant: Couche avec moi! Il lui abandonna son vêtement dans la main et s'enfuit au dehors.
  7. Lorsqu'elle vit qu'il lui avait abandonné son vêtement dans la main et qu'il s'était enfui au dehors,
  8. Elle appela les gens de sa maison et leur parla en ces termes: Voyez, il nous a amené un Hébreu pour se jouer de nous. Il est venu vers moi pour coucher avec moi mais je me suis mise à crier très fort.
  9. Quand il entendu que j'élevais la voix et que je criais, il a abandonné son vêtement à côté de moi et s'est enfui dehors.
  10. Elle posa le vêtement de Joseph à côté d'elle jusqu'à ce que son maître rentre à la maison.
  11. Alors elle lui parla de la même manière en lui disant: L'esclave hébreu que tu nous as amené est venu vers moi piur se jouer de moi.
  12. Comme j'ai élevé la voix et que j'ai crié, il a abandonné son vêtment à côté de moi et s'est enfui dehors.
  13. Après avoir entendu les paroles de sa femme qui lui disait: Voilà ce que m'a fait ton esclave!
  14. Le maître de Joseph fut enflammé de colère. Il le fit mettre en prison, à l'endroit où les prisonniers du roi était enfermés: Joseph resta là en prison.

(Genèse 39: 7-20)

Voyons enfin l'exemple que nous a laissé Daniel:

  1. Darius le Mède reçut la royauté à l'âge de soixante deux ans.
  2. Darius trouva bon d'établir sur le royaume cent-vingt satrapes qui devaient être répartis dans tout le royaume.
  3. Il mit à leur tête trois chefs - l'un d'entre eux était Daniel - à qui ces satrapes devient rendre compte, afin que le roi ne subisse aucun tort.
  4. Daniel lui-même surpassait les chefs et les satrapes, parce qu'il y avait en lui un esprit supérieur; et le roi pensait à l'établir sur tout le royaume.
  5. Alors les chefs et les satrapes cherchèrent un motif pour accuser Daniel en ce qui concernait les affaires du royaume. Mais ils ne purent trouver aucune occasion, ni aucune erreur parce qu'il était fidèle, et qu'on ne trouvait chez lui ni négligence, ni erreur.
  6. Alors ces hommes dirent: Nous ne trouverons aucun motif contre ce Daniel, à moins que nous n'en trouvions un dans la loi de son Elohim.
  7. Puis ces chefs et ces satrapes se rendirent tumultueusement auprès du roi et lui parlèrent ainsi: Roi Darius, vis à jamais!
  8. Tous les chefs du royaume, les intendants, les satrapes, les conseillers et les gouverneurs sont d'avis que soit publié un édit royal, et que soit mise en vigueur cette interdiction: Quiconque, dans l'espace de trente jours, adressera des prières à quelque dieu ou à quelque homme, excepté à toi, ô Roi, sera jeté dans la fosse aux lions.
  9. Maintenant, ô Roi, confirme l'interdiction et signe le décret, afin qu'il soit irrévocable, selon la loi des Mèdes et des Perses qui ne peut être abrogée.
  10. Là-dessus, le roi Darius signa le décret et l'interdiction.
  11. Lorsque Daniel sut que le décret était signé, il monta dans sa maison où les fenêtres de la chambre haute était ouvertes dans la direction de Jérusalem; et trois fois par jour, il se mettait à genoux, il priait et louait son Elohim, comme il le faisait auparavant.
  12. Alors ces hommes entrèrent tumultueusement et trouvèrent Daniel qui suppliait et invoquait son Elohim.
  13. Puis ils allèrent trouver le roi et lui parlèrent de l'interdiction royale: N'as-tu pas signé une interdiction portant que quiconque dans l'espace de trente jours adresserait des prières à quelque dieu ou à quelque homme, excepté à toi, ô Roi, serait jeté dans la fosse aux lions? Le roi répondit: La chose est certaine, selon la loi des Mèdes et des Perses qui ne peut être abrogée.
  14. Ils prirent à nouveau la parole et dirent au roi: Daniel, l'un des déportés de Juda, n'a tenu aucun compte de toi, ô Roi, ni de l'interdiction que tu as signée, et il a fait sa prière trois fois par jour.
  15. Le roi fut très affligé quand il entendit cela; il prit à coeur de délivrer Daniel, et jusqu'au coucher du soleil, il s'efforça de le délivrer.
  16. Mais ces hommes revinrent tumultueusement auprès du roi et dirent au roi: Sache, ô Roi, que la loi des Mèdes et des Perses exige que toute interdiction ou tout décret confirmé par le roi soit irrévocable.
  17. Alors le roi ordonna d'amener Daniel et de le jeter dans la fosse aux lions. Le roi prit la parole et dit à Daniel: Puisse ton Dieu, que tu sers avec persévérance, te sauver!
  18. On apporta une pierre et on la mit sur l'ouverture de la fosse; le roi la scella de son anneau et de l'anneau de ses grands, afin que rien ne soit changé à l'égard de Daniel.
  19. Le roi se rendit ensuite dans son palais; il passa la nuit à jeun, il ne fit pas venir de concubine auprès de lui, et le sommeil le fuyait.
  20. Le roi se leva au point du jour, avec l'aurore, et alla précipitamment à la fosse aux lions.
  21. En s'approchant de la fosse, il appela Daniel d'une voix triste. Le roi prit la parole et dit à Daniel: Daniel, serviteur de l’Elohim vivant, ton Elohim, que tu sers avec persévérance, a-t-il pu te délivrer des lions?
  22. Et Daniel se mit à parler au roi: Roi, vis à jamais!
  23. Mon Elohim a envoyé son ange et fermé la gueule des lions qui ne m'ont fait aucun mal, parce que j'ai été trouvé innocent devant lui; et devant toi non plus, ô Roi, je n'ai rien fait de mal.
  24. Alors le roi eut une grande joie et ordonna de faire retirer Daniel de la fosse et on ne trouva sur lui aucune blessure, parce qu'il avait eu foi en son Elohim.
  25. Le roi ordonna que ces hommes qui avaient accusé Daniel soient amenés et jetés dans la fosse aux lions, eux, leurs enfants et leurs femmes; et avant qu'ils soient parvenus au fond de la fosse, les lions se ruèrent sur eux et brisèrent tous leurs os.

(Daniel 6: 1-25)

C'est ans cette perspective que nous autres chrétiens vivons aujourd'hui dans l'attente de la mort de notre chair tout comme ont vécu dans cette même attente le Christ, Abraham, Joseph et Daniel.


La mort du corps de Christ


doit encore avoir lieu!

Si le peuple chrétien a attendu et attend encore la mort de sa propre chair, c'est pour accomplir la prophétie relative à la mort du corps de Christ qui comme nous vous l'annoncions dans le titre de cet article n'a pas encore eu lieu.

Cette prophétie est celle de la Pâque dont nous parle Paul:

  1. Car moi, j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis. Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain
  2. Et après avoir rendu grâces, le rompit et dit: Ceci est mon corps, qui est pour vous; faites ceci en mémoire de moi.
  3. De même, après avoir soupé, il prit la coupe et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi, toutes les fois que vous en boirez.
  4. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, VOUS ANNONCEZ LA MORT DU SEIGNEUR JUSQU'A CE QU'IL VIENNE.
  5. C'est pourquoi celui qui mangera le pain et boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.
  6. Que chacun donc s'examine soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe;
  7. Car celui qui mange et boit sans discerner le corps, mange et boit un jugement contre lui-même.
  8. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup de malades et d'infirmes, et qu'un assez grand nombre sont décédés.
  9. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.
  10. Mais par ses jugements, le Seigneur nous corrige, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.
  11. Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres.
  12. Si quelqu'un a faim, qu'il mange chez lui, afin de n pas vous réunir pour attirer un jugement sur vous.

(I Corinthiens 11: 23-34)

Soi-dit entre parenthèses, ce récit, si nous prêtons attention à ce que le Christ dit lui-même dans les évangiles, relate son dernier repas de la Pâque comme il le dit lui-même. Pour vous en convaincre, il faut que vous lisiez Luc 22: 7-20.

Cette parenthèse est faite pour que vous réfléchissiez à la grande différence entre la coutume instaurée par le Christ et perpétuée par les vrais chrétiens comme Paul et ceux de son époque et les pratiques des églises catholiques ou protestantes dans le monde qui ont instauré une "sainte cène" tantôt toutes les sept jours tantôt tous les mois. Fermons ici la parenthèse.

Relisons maintenant plus attentivement le verset 26 de l’épître de Paul aux Corinthiens:


CAR TOUTES LES FOIS QUE VOUS MANGEZ CE PAIN ET QUE VOUS BUVEZ CETTE COUPE, VOUS ANNONCEZ LA MORT DU SEIGNEUR JUSQU'A CE QU'IL VIENNE.


Le Christ est déjà mort il y a près de deux mille ans et voilà que l'on nous dit qu'à chaque Pâque, nous continuons à annoncer sa mort jusqu'à ce qu'il vienne. Se pourrait-il qu'il ne soit pas encore mort ou bien y aurait-il un autre Christ que celui qui est mort il y a près de deux mille ans? C'est à cette question que je voudrais vous donner une réponse biblique car il y a une réponse dans la Bible.

Mais avant tout cela, je voudrais que nous nous replacions dans le contexte de ces personnages bibliques que nous avions cités en exemples pour vous faire rendre compte qu'ils ont peut-être vécu comme nous par rapport aux événements à venir.

Prenons Abraham, tout d'abord, lui le père des croyants, lui grâce auquel nous sommes admissibles dans la famille de notre Sauveur.
La Bible ne semble pas nous dire qu'il avait connaissance du sacrifice de la Pâque; néanmoins, si nous lisons Genèse 15: 7-20, nous voyons que Yéhoah a révélé à Abram l'esclavage de sa descendance, le peuple hébreu. Cette révélation a eu lieu à un moment où Abram n'a pas encore de descendance qui lui est propre car Isaac n'est pas encore né. Cet événement a lieu un jour de sacrifice qui observez-le a lieu vers le soir, avant le coucher du soleil, à un moment de la journée similaire à celui où le Christ expire. Observez encore que c'est durant la nuit qui suit que Yéhoah conclut son alliance avec Abram. Rappelez-vous que le peuple hébreu ne pouvait pas s'assoupir durant la nuit qui suit la Pâque. Le Christ encourage aussi ses disciples à ne pas s'assoupir durant la nuit qui suit leur repas de la Pâque.

Passo
ns maintenant à Joseph. Joseph, esclave bien-aimé de son maître le Pharaon d'Egypte, lui aussi voit ce qui va advenir si on lit Gen.50: 22-25. Il connaît la promesse faite à Abraham et il sait que Yéhoah viendra libérer son peuple hors d'Egypte. Joseph sait à l'avance ce qui arrivera et il y croit par la foi bien que lui personnellement n'ait pas eu à souffrir de mauvais traitements. Paul nous le confirme:

" C'est par la foi que Joseph, proche de sa fin, fit mention de l'exode des fils d'Israël, et qu'il donna des ordres au sujet de ses ossements."

(Hébreux 11: 22)

Daniel aussi savait que son peuple, le peuple d’Elohim, devrait souffrir avant d'être libéré au temps de la fin:

  1. En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef, celui qui tient bon en faveur des fils de ton peuple. Et ce sera un temps d'affliction, tel qu'il n'y en a pas eu depuis que les nations existent jusqu'à ce temps-ci. En ce temps-là, ton peuple échappera, quiconque sera trouvé inscrit dans le livre.
  2. Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle et les autres pour la honte, pour l'abjection éternelle.
  3. Ceux qui auront été des clairvoyants resplendiront comme la splendeur de l'étendue céleste, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude comme les étoiles, à toujours et à perpétuité.
  4. Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Beaucoup alors le liront, et la connaissance augmentera.
  5. Et moi, Daniel, je regardai, et voici que deux autres hommes se tenaient debout, l'un en deçà du bord du fleuve, et l'autre au-delà du bord du fleuve.
  6. L'un d'eux dit à l'homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve: Quand viendra la fin de ces prodiges?
  7. Et j'entendis l'homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve; il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche, et il jura par celui qui vit éternellement que ce sera dans un temps, des temps et la moitié d'un temps, et que tous ces événements s'achèveront quand la force du peuple saint sera entièrement épuisée.
  8. J'entendis mais ne compris pas; et je dis: Mon Seigneur, quelle sera l'issue de ces événements?
  9. Il répondit: Va, Daniel car ces paroles seront secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin.
  10. Beaucoup seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront.
  11. Depuis le temps où sera interrompu le sacrifice perpétuel et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura 1290 jours.
  12. Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à 1335 jours!
  13. Et toi, marche jusqu'à la fin; tu te reposeras et tu te lèveras pour ton héritage à la fin des jours.

(Daniel 12: 1-13)

Venons-en maintenant à notre époque, une époque où plusieurs parmi nous vivons dans une liberté relative. Cette liberté existe notamment en ce qui concerne notre foi qui ne rencontre pas d'entrave. Cette situation est quelque peu semblable à celle de Joseph et de Daniel.

Mais tout comme Joseph et Daniel, nous vivons dans la perspective d'un temps d'affliction et de douleur qui vont s'abattre sur le peuple chrétien. Satan par son pouvoir interposé va tenter de faire mourir le peuple d’Elohim, l'Eglise qui n'est rien d'autre que le corps du Christ!

C'est la raison pour laquelle nous annonçons la mort du Christ jusqu'à ce qu'Il vienne. En effet, le corps de Christ n'en a pas fini de mourir au monde actuel tout comme il n'en a pas fini de naître dans le monde à venir. Essayez d'imaginer, comme la Bible nous l'enseigne, que cette naissance dans le monde à venir est comparable à un accouchement. Alors seule la tête est passée avec la résurrection du Christ, mais le reste du corps n'est pas encore passé.

Depuis près de deux mille ans, le peuple chrétien est en train d'annoncer la mort du corps de Christ jusqu'à ce qu'il vienne car il faut que


TOUT SON CORPS MEURE PAR LA MAIN DE SATAN


jusqu'à la fin.
Lisons cela dans l'Apocalypse, alias livre de la Révélation:

  1. Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de la parole d’Elohim et du témoignage rendu.
  2. Ils crièrent d'une voix forte: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?
  3. Une robe blanche fut donnée à chacun d'eux, et il leur fut dire de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu'à ce que soient au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui allaient être mis à mort comme eux.

(Apocalypse 6: 9-11)

Les vrais chrétiens, vrais car tellement de gens se disent chrétiens sans vraiment l'être car ils n'ont jamais compris la portée de cet engagement que la plupart du temps des adultes ont pris pour eux, les vrais chrétiens donc se sont engagés par leur baptême à faire mourir leur corps de chair. Ces chrétiens se sont en cela liés au corps de notre Sauveur comme nous l'écrit si bien Paul:

  1. Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
  2. Certes non! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
  3. Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ-Jésus, c'est en sa mort que nous avons été baptisés?
  4. Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d'entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
  5. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection;
  6. Nous savons que notre vieille nature a été crucifiée avec lui, afin que ce corps de péché soit réduit à l'impuissance et que nous ne soyons plus esclaves du péché;
  7. Car celui qui est mort est quitte du péché.
  8. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui
  9. Sachant que Christ ressucité d'entre les morts ne meurt plus; la mort ne domine plus sur lui.
  10. Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes, et maintenant qu'il vit, il vit pour Elohim.
  11. Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Elohim en Christ-Jésus.
  12. Que le péché ne règne donc pas dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises.
  13. Ne livrez pas vos membres au péché, comme arme pour l'injustice; mais livrez-vous vous-mêmes à Elohim, comme des vivants revenus de la mort, et offrez à Elohim vos membres, comme armes pour la justice.
  14. Le péché ne dominera pas sur vous, car vous n'êtes pas sous la loi, mais sous la grâce.
  15. Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous la loi, mais sous la grâce? Certes non!
  16. Ne savez-vous pas que si vous vous livrez à quelqu'un comme esclave pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice?
  17. Mais grâce à Elohim, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine qui vous a t transmise.
  18. Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.
  19. Je parle à la manière des hommes à cause de la faiblesse de votre chair. De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l'impureté et à l'iniquité, pour aboutir à l'iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour aboutir à la sanctification.
  20. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice.
  21. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous avez honte maintenant, car leur fin, c'est la mort.
  22. Mais maintenant, libérés du péché et esclaves d’Elohim, vous avez pour fruit la sanctification et pour fin la vie éternelle.
  23. Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit d’Elohim, c'est la vie éternelle en Christ-Jésus, notre Seigneur.

(Romains 6: 1-23)

Voilà où se trouve la liberté que nous allons découvrir à l'aube du premier des jours des pains sans levain tout comme les Hébreux l'ont découverte il y a quelque 3500 ans!

Toutes nos chairs sont destinées à mourir comme cela est écrit un peu partout dans la Parole de notre Créateur:

  1. De l'une d'elle sortit une corne, très petite, qui s'agrandit beaucoup vers le sud, vers l'est et vers le plus beau des pays.
  2. Elle s'éleva jusqu'à l'armée des cieux (ndlr: le peuple des saints ou encore l'Eglise), fit tomber à terre une partie de cette armée et des étoiles, et elle les piétina.
  3. Elle s'éleva jusqu'au Chef de l'armée (ndlr: le Christ), le sacrifice perpétuel lui fut retiré, et le lieu de son sanctuaire fut rejeté.
  4. L'armée fut livrée avec le sacrifice perpétuel, à cause du crime; la corne jeta la vérité par terre et réussit dans ses entreprises.
  5. J'entendis parler un saint; et un autre saint dit à celui qui parlait: Jusques à quand durera la vision sur le sacrifice perpétuel, sur le crime dévastateur, sur le sanctuaire et sur l'armée qui sont piétinés?
  6. Et il me dit: Jusqu'à 2300 soirs et matins; puis le sanctuaire sera rétabli. …..
  1. A la fin de leur règne, lorsque les pécheurs seront consumés, il s'élèvera un roi impudent et artificieux (ndlr: la petite corne).
  2. Sa puissance s'affermira, mais non par sa propre force; il fera d'incroyables destruction, réussira dans ses entreprises et détruira les puissants et le peuple des saints (ndlr: l'Eglise).
  3. A cause de sa prospérité et du succès de ses ruses, il aura de l'arrogance dans le coeur, il détruira beaucoup d'hommes qui vivaient tranquilles et s'éleva contre le chef des chefs (ndlr: le Christ); mais il sera brisé, sans l'effort d'aucune main.
  4. Et la vision des soirs et des matins dont il s'agit est véritable. Pour toi, tiens secrète cette vision, car elle se rapporte à des temps éloignés.

(Daniel 8: 9-14 et 23-26)