Les Premiers Nés Mâles,

des êtres à part

vis-à-vis du Créateur!

 

C'est à partir de la première Pâque en Egypte que va démarrer la tradition extraordinaire qu'est celle de la mise à part pour Yahvé des premiers-nés mâles.

C'est le sujet sur lequel nous vous invitons à méditer maintenant.

Tout commence avec ce que nous allons lire en Exode 13: 1-16,

 


“1 Yéhoah parla à Moïse, et dit: 2 Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d`Israël, tant des hommes que des animaux: il m`appartient. 3 Moïse dit au peuple: Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d`Égypte, de la maison de servitude; car c`est par sa main puissante que Yéhoah vous en a fait sortir. On ne mangera point de pain levé. 4 Vous sortez aujourd`hui, dans le mois des épis. 5 Quand Yéhoah t`aura fait entrer dans le pays des Cananéens, des Héthiens, des Amoréens, des Héviens et des Jébusiens, qu`il a juré à tes pères de te donner, pays où coulent le lait et le miel, tu rendras ce culte à Yéhoah dans ce même mois. 6 Pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain; et le septième jour, il y aura une fête en l`honneur de Yéhoah. 7 On mangera des pains sans levain pendant les sept jours; on ne verra point chez toi de pain levé, et l`on ne verra point chez toi de levain, dans toute l`étendue de ton pays. 8 Tu diras alors à ton fils: C`est en mémoire de ce que Yéhoah a fait pour moi, lorsque je suis sorti d`Égypte. 9 Ce sera pour toi comme un signe sur ta main et comme un souvenir entre tes yeux, afin que la loi de Yéhoah soit dans ta bouche; car c`est par sa main puissante que Yéhoah t`a fait sortir d`Égypte. 10 Tu observeras cette ordonnance au temps fixé d`année en année. 11 Quand Yéhoah t`aura fait entrer dans le pays des Cananéens, comme il l`a juré à toi et à tes pères, et qu`il te l`aura donné, 12 tu consacreras à Yéhoah tout premier-né, même tout premier-né des animaux que tu auras: les mâles appartiennent à Yéhoah. 13 Tu rachèteras avec un agneau tout premier-né de l`âne; et, si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l`homme parmi tes fils. 14 Et lorsque ton fils te demandera un jour: Que signifie cela? Tu lui répondras: Par sa main puissante, Yéhoah nous a fait sortir d`Égypte, de la maison de servitude; 15 et, comme Pharaon s`obstinait à ne point nous laisser aller, Yéhoah fit mourir tous les premiers-nés dans le pays d`Égypte, depuis les premiers-nés des hommes jusqu`aux premiers-nés des animaux. Voilà pourquoi j`offre en sacrifice à Yéhoah tout premier-né des mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils. 16 Ce sera comme un signe sur ta main et comme des fronteaux entre tes yeux; car c`est par sa main puissante que Yéhoah nous a fait sortir d`Égypte.”


Ce texte de l'Exode nous enseigne que TOUT PREMIER-NE MÂLE du peuple des croyants appartient à Yéhoah!

 

Mais quelle est donc la raison derrière cette décision de notre Père? La réponse est simple si on y réfléchit en mettant notre nature charnelle de côté.

 

Qui sont les premiers-nés qui ont péri pendant la nuit

qui a suivi la Pâque?

 

Les enfants premiers-nés qui sont morts en Egypte pendant la nuit qui a suivi le sacrifice de la Pâque sont les aînés de chaque famille et sont donc tant des personnes déjà âgées qui peuvent déjà être des grands-parents, que des adultes comme des parents, ou encore  des enfants. La mort des premiers-nés égyptiens a frappé dans toutes les générations.

 

Il va sans dire que beaucoup parmi ces victimes ne sont pas des personnes foncièrement mauvaises et ce genre de récit biblique est souvent utilisé par les églises chrétiennes modernes pour pousser les hommes à ne pas croire en un tel Dieu apparemment cruel et injuste. La bible montre plusieurs exemples où le Créateur fait mourir ou met fin à la vie terrestre de gens pourtant qualifiés de justes ou de bons. Ce fut le cas pour Hénoch (Genèse 5: 21-24). Le fils de l'union illicite entre David et Bath Shéva meurt peu de temps après sa naissance (II Samuel 12: 13-20). Ce fut aussi le cas pour le fils de Jéroboam, le premier roi du royaume d'Israël du nord dont la mort est une punition donnée contre le comportement idolâtre et odieux du roi (I Rois: 14 avec en particulier le verset 13). Il faut remarquer ici que celui qui meurt n'est pas celui qui souffre mais celui qui lui survit! Celui qui est mort est destiné à être rendu à la vie lors d'une des résurrections et d'ici là, il est comme un être endormi dans son sommeil et qui ne connaît pas la souffrance. Tout ceci pour dire que tous les premiers-nés qui sont morts durant la nuit mémorable qui a suivi la Pâque ne sont pas vraiment ceux qui ont subi une punition mais ce sont essentiellement ceux qui leur ont survécu, ceux qui étaient au pouvoir, le pharaon en premier lieu, et qui ont vu en une seule nuit tout leur pays littéralement au bord du gouffre de la désolation!

 

Les Premiers-nés des Hébreux en réchappent

si le sang se trouve sur les portes.

 

Yéhoah en de nombreux endroits de Sa Parole met en avant le fait qu'Il ne fait acception de personne alors pourquoi faire mourir tant de premiers-nés en Egypte et laisser vivre ceux des Hébreux protégés par le signes badigeonnés sur les portes des maisons? Est-ce une contradiction avec les lois bibliques? La réponse est non si on regarde l'histoire des hommes selon la perspective de Yéhoah pour qui un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour (Psaume 90:4 et II Pierre 3: 8), une poussière d'éternité, une dimension de vie que nous ne pouvons concevoir que si nous mettons à part notre nature charnelle et laissons notre nature spirituelle nous faire voir le monde à venir et la façon dont Yéhoah voit.

En effet, d'un côté Yéhoah se consacre la vie de tous les premiers-nés d'Egypte en les faisant retourner à la poussière de la manière dont Moïse l'écrit en Psaume 90: 3,

« Tu fais retourner l'homme à la poussière, et tu dis: Fils d'Adam, retournez! »

En parallèle, leur esprit retourne à Elohim qui l'a donné comme nous l'écrit l'Ecclésiaste au chapitre 12, verset 6:

         « Avant que le cordon d'argent se détache, que le globe d'or se casse, que la jarre se brise sur la source, et que la roue se casse sur la citerne; avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était, et que l'esprit retourne à Elohim qui l'a donné. »

Ceci revient à dire qu'Elohim a repris possession de tous les premiers-nés d'Egypte qui sont son bien et Il en a dépossédé leur famille respective.

 

D'un autre côté, ne va-t-Il pas en faire de même avec les premiers-nés d'Israël? Relisons Sa Parole en Exode 13:

         « 1:Yéhoah parla à Moïse et dit: Consacre-moi tout premier-né, tant des hommes que des bêtes, tout aîné chez les Israélites; il m'appartient...

           11 Quand Yéhoah t'aura fait entrer dans le pays des Cananéens, comme il l'a juré à toi et à tes pères, et qu'il te l'aura donné,

           12 tu présenteras à Yéhoah tout aîné, même tout aîné des portées du bétail que tu auras: les mâles appartiennent à Yéhoah.

           13 Tu rachèteras avec un agneau tout premier-né de l'âne; et si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l'homme parmi tes fils.

           14 Et lorsque demain ton fils te demanderas: Que signifie cela? Tu lui répondras: Par la puissance de sa main, Yéhoah nous a fait sortir de l'Egypte, de la maison de servitude;

           15 et, comme le Pharaon refusait avec dureté de nous laisser partir, Yéhoah fit mourir tous les premiers-nés des hommes jusqu'aux premiers-nés du bétail. Voilà pourquoi j'offre en sacrifice à Yéhoah tout aîné parmi les mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils. »

 

Et Yéhoah va passer aux actes en prenant effectivement pour Lui toute la tribu de Lévi dont le nombre correspond presque au nombre des premiers-nés en tout Israël! Lisons cela en Nombres 3 depuis le verset 12 et ensuite depuis le verset 40:

«12 Voici j'ai pris les Lévites du milieu des Israélites à la place de tous les premiers-nés, des aînés des Israélites; et les Lévites m'appartiendront.

13 Car tout premier-né m'appartient; le jour où j'ai frappé tous les premiers-nés dans le   pays d'Egypte, je me suis consacré tous les premiers-nés en Israël, ceux des hommes comme ceux des animaux m'appartiendront. Je suis Yéhoah...

40 Yéhoah dit à Moïse: dénombre tous les premiers-nés de sexe masculin parmi les Israélites, depuis l'âge d'un mois et au-dessus, et fais-en le relevé d'après leurs noms.

41 Tu prendras les Lévites pour moi, Yéhoah, à la place de tous les premiers-nés des Israélites, et le bétail des lévites à la place de tous les premiers-nés du bétail des Israélites.

42 Moïse dénombra tous les premiers-nés parmi les Israélites, selon l'ordre que Yéhoah lui avait donné.

43 Tous les premiers-nés de sexe masculin qu'on dénombra, en comptant les noms, depuis l'âge d'un mois et au-dessus, furent 22 273.

44 Yéhoah parla à Moïse et dit:

45 Prends les Lévites à la place de tous les premiers-nés des Israélites, et le bétail des Lévites à la place de leur bétail; et les Lévites m'appartiendront. Je suis Yéhoah.

46 Pour la rançon des 273 premiers-nés des fils d'Israël, qui sont en surnombre par rapport aux Lévites,

47 tu prendras 5 sicles par tête; tu les prendras selon le sicle du sanctuaire, qui est de 20 guéras.

48 Tu donneras l'argent à Aaron et à ses fils, pour la rançon de ceux qui dépassent le nombre des Lévites.

49 Moïse prit l'argent pour la rançon de ceux qui dépassaient le nombre des rachetés par les Lévites;

50 il prit l'argent des premiers-nés des Israélites: 1365 sicles, selon le sicle du sanctuaire.

51 Moïse donna l'argent de la rançon à Aaron et à ses fils, sur l'ordre de Yéhoah, comme Yéhoah l'avait commandé à Moïse. »

 

Donc Yéhoah va faire en quelque sorte de même pour les premiers-nés d'Israël en se  consacrant un nombre équivalent d'hommes qui ne mourront pas mais seront à son service; Ils seront donc séparés du peuple d'Israël et appartiendront à Yéhoah.

 

Que faut-il entendre par Premier-né mâle dans une famille biblique ?

 

Il faut faire attention car un permier-né mâle est peut-être le premier-né de toute femme dans un couple mais peut être aussi le premier-né engendré par le père même s’il a plusieurs épouse au cours de sa vie. Le meilleur exemple pour illustrer ce dernier cas est celui de Jacob dont le seul premier-né est Ruben, né de Léa. Tous les autres enfants mâles que Jacob a eu avec ses autres femmes (Rachel, Zilpa et Bilha) même s’ils sont des premiers-nés pour chacune d’elle, ils ne seront pas considérés comme premier-né aux yeux d’Yéhoah.

 

 

Samuel, offert au service de Yéhoah!

 

Cette pratique de l'offrande du premier-né est peut-être celle qui a été suivie  avec amour par Anne, l'épouse un temps stérile d'Elqana. Samuel est certes le premier-né d’Anne mais il n’est pas certain que ce soit le premier-né d’Elqana puisqu’il a eu avant cela des enfants avec Peninna dont on ne connait pas le sexe. Mais l’attitude d’Anne comme on peut le lire en I Samuel 1peut être comparée avec celle d’une mère qui offrirait à Yéhoah son premier-né:

« 1. Il y avait un homme de Ramataïm-Tsophim, de la montagne d'Ephraïm, nommé Elqana, fils de Yeroham, fils d'Elihou, fils de Tohou, fils de Tsouph, Ephratien.

2.                 Il avait deux femmes. Le nom de l'une était Anne et le nom de la deuxième Pennina; Peninna avait des enfants, mais Anne n'avait point d'enfant...

10.    Et, l'amertume dans l'âme, elle pria Yéhoah et pleura beaucoup.

11.     Elle fit un vœu et dit: Yéhoah des armées! Si ton regard s'arrête sur l'humiliation de ta servante, si tu te souviens de moi et n'oublies pas ta servante, et si tu donnes un garçon à ta servante, je le donnerai à Yéhoah pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera pas sur sa tête....

20.    Dans le cours de l'année, Anne devint enceinte; elle accoucha d'un fils qu'elle appela du nom de Samuel, car je l'ai demandé à Yéhoah.

21.    Le mari Elqana, monta ensuite   toute sa famille, pour offrir à Yéhoah le sacrifice annuel et pour accomplir son vœu.

22.    Mais Anne ne monta pas. Car elle dit à son mari: Lorsque le garçon sera sevré, je le mènerai afin qu'il soit présenté devant Yéhoah et qu'il reste là pour toujours....

25.    Ils égorgèrent le taureau et conduisirent le garçon à Eli.

26.    Anne dit: Pardon mon Seigneur, aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se trouvait placée ici, près de toi pour prier Yéhoah.

27.            C'était en vue de ce garçon que je priais, et Yéhoah m'a donné ce que je lui demandais.

Aussi, moi je veux le prêter à Yéhoah: il sera toute sa vie prêté à Yéhoah»

 

Ce jour fut pour Anne un moment de joie profonde qu'elle exprime au chapitre 2 du même livre:

« 1.   Anne pria et dit: Mon cœur exulte en Yéhoah, ma force s'est élevée par Yéhoah; ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis, car je me réjouis de ton salut.

2.                 Nul n'est saint comme Yéhoah; il n'y a point d'autre que toi; il n'y a point de rocher comme notre Elohim.

3.                 Ne multipliez pas vos paroles sans cesse plus arrogantes; que l'audace ne sorte pas de votre bouche; car Yéhoah est un Elohim qui connaît tout, et par lui sont pesés les agissements.

4.                 L'arc des héros est brisé, et ceux qui trébuchaient ont la vaillance pour ceinture.

5.                 Ceux qui étaient rassasiés cherchent un gagne-pain, mais ceux qui étaient affamés ont du répit; même la femme stérile enfante sept fois, mais celle qui avait beaucoup de fils est flétrie.

6.                 Yéhoah fait mourir et il fait vivre, il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter.

7.                 Yéhoah appauvrit et il enrichit, il abaisse et il élève.

8.                 De la poussière, il redresse l'indigent, du fumier il relève le pauvre, pour les faire siéger avec les notables; et il leur donne en héritage un trône de gloire; car à Yéhoah sont les colonnes de la terre, et sur elle qu'il a posé le monde.

9.                 Il gardera les pas de ses fidèles. Mais les méchants se perdront dans les ténèbres; car l'homme ne triomphera point par la force.

10.            Ceux qui contestent avec Yéhoah seront terrifiés; contre eux dans les cieux, il tonnera; Yéhoah jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, et relèvera la force de son messie. 

11.            Elqana s'en alla dans sa maison à Rama, et le garçon fut au service de Yéhoah auprès du sacrificateur Eli. »

 

Ce texte d'Anne est prophétique au sujet du Messie dont Yéhoah relèvera la force à la honte des hommes aveuglés croyant triompher par leur propre force!

 

Environ 1100 ans plus tard,

Marie suit peut-être inconsciemment

l'exemple d'Anne sans se rendre compte

de la portée extrême de son geste!

 

Lisons cela en Luc 2 depuis le verset 15:

 

15.                       Lorsque les anges se furent éloignés d'eux vers le ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons donc jusqu'à Bethlehem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.

16.                       Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né dans la crèche.

17.                       Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant.

18.                       Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers.

19.                       Marie conservait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur.

20.                       Et les bergers s'en retournèrent en glorifiant et louant Elohim pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, conformément à ce qui leur avait été dit.

21.                       Quand le huitième jour fut accompli, il fut circoncis et fut appelé Jésus, du nom indiqué par l'ange avant sa conception.

22.                       Et, quand les jours de leur purification furent accomplis selon la loi de Moïse, on l'amena à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, -

23.                       suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur.

24.                       Et pour offrir en sacrifice une paire de tourterelles ou de jeunes pigeons, comme c'est prescrit dans la loi du Seigneur.

25.                       Et voici qu'il y avait à Jérusalem un homme du nom de Siméon. Cet homme était juste et pieux; il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui.

26.                       Il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.

27.                       Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qui était en usage d'après la loi,

28.                       il le reçut dans ses bras, bénit Elohim et dit:

29.                       Maintenant, Maître, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix selon ta parole.

30.                       Car mes yeux ont vu ton salut,

31.                       que tu as préparé devant tous les peuples,

32.                       Lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple, Israël.

33.                       Son père et sa mère étaient dans l'admiration de ce qu'on disait de lui.

34.                       Siméon les bénit et dit à Marie, sa mère: voici, cet enfant est là pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël, et comme un signe qui provoquera la contradiction,

35.                       et toi-même, une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées.

36.                       Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Panuel, de la tribu d'Aser. Elle était d'un âge fort avancé. Après avoir vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité,

37.                       elle resta veuve, et âgée de quatre-vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le temple et servait, nuit et jour, par des jeûnes et des prières.

38.                       Elle survint elle aussi, à cette même heure; elle louait Elohim et parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem.

39.                       Lorsqu'ils eurent tout accompli selon la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville.

40.                       Or le petit enfant grandissait et se fortifiait; il était rempli de sagesse, et la grâce d’Elohim était sur lui. »

 

Marie est donc venue offrir son fils premier-né à son propre Père puisqu'en effet il fut engendré par Lui via le Saint-Esprit! Et tout comme Samuel s'occupait de la maison de Yéhoah et entretenait des conversations avec lui, de même Jésus, dès l'âge de 12 ans, s'occupe lui aussi des affaires de son Père comme on peut le lire en Luc 2: 41-52,


 

“41 Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. 42 Lorsqu`il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. 43 Puis, quand les jours furent écoulés, et qu`ils s`en retournèrent, l`enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s`en aperçurent pas. 44 Croyant qu`il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. 45 Mais, ne l`ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. 46 Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. 47 Tous ceux qui l`entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. 48 Quand ses parents le virent, ils furent saisis d`étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. 49 Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu`il faut que je m`occupe des affaires de mon Père? 50 Mais ils ne comprirent pas ce qu`il leur disait. 51 Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son cœur. 52 Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Elohim et devant les hommes.”

Jésus pendant toute sa vie sur cette terre, avant son sacrifice de la Pâque, sera l’exemple de la soumission à son Père comme le confirme cet écrit en Jean 5: 30,

« Moi, je ne peux rien faire par moi-même: selon ce que j'entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. »

 

Et il en fut ainsi tout au long de sa vie jusqu'à son dernier moment de liberté comme il le confirme lui-même en Jean 17: 1-4,

« 1 Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit: Père, l`heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, 2 selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu`il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. 3 Or, la vie éternelle, c`est qu`ils te connaissent, toi, le seul vrai Elohim, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. 4 Je t`ai glorifié sur la terre, j`ai achevé l`œuvre que tu m`as donnée à faire.”

Cette attitude de soumission ira même jusqu'à son dernier souffle dans une souffrance difficilement descriptible selon Jean 19: 28-30,

“28 Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l`Écriture fût accomplie: J`ai soif. 29 Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l`ayant fixée à une branche d`hysope, ils l`approchèrent de sa bouche. 30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l`esprit.”

Cette soumission du Messie à son Père dans ce qui pourrait nous paraître du détail ne va pas s'arrêter là! Après sa résurrection, le Messie continue dans le sentier de la fidélité à son Père, une fidélité qui fait partie de ses attributs. Lisons comment il va tout faire pour se présenter sans tâche, à savoir sans l'impureté associée au péché, devant son Père: pour cela reportons-nous en Jean 20: 15-18 et voyons comment Jésus est ferme vis à vis de Marie de Magdala dont il avait fait sortir 7 démons

« Jésus lui dit: Femme, pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu? Pensant que c'était le jardinier, elle lui dit: Seigneur, si c'est toi qui l'a emporté, dis-moi où tu l'as mis, et je le prendrai. 16 Jésus lui dit: Marie! Elle se retourna et lui dit en hébreu: Rabbouni, c'est à dire Maître! 17 Jésus lui dit: Ne me touche pas; CAR je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va vers mes frères et dis leur que je monte vers mon Père, vers mon Elohim et votre Elohim. 18 Marie-Madeleine vint annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait dit ces choses. »

Jésus va ici observer scrupuleusement l'ordre de son Père qui consiste à se présenter pur devant lui comme la gerbe d'orge qui le symbolise et que l'on offre au premier jour de la semaine durant les sept jours des pains sans levain selon Lévitique 23: 9-13

« Yéhoah parla à Moïse et dit: 10 Parle aux Israélites; tu leur diras: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe, prémices de votre moisson. 11 Il fera devant Yéhoah le geste de dédier la gerbe afin qu'elle soit agréée pour vous; le sacrificateur fera le geste de la dédier le lendemain du sabbat. 12 Le jour où vous ferez le geste de dédier la gerbe, vous offrirez en holocauste un agneau d'un an sans défaut; 13 ainsi que l'offrande correspondante de deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, offrande consumée par le feu, d'une agréable odeur à Yéhoah, et la libation d'un quart de hîn de vin. »

C'est d'ailleurs à partir de ce premier jour de semaine là que l'on commence à compter les sept semaines complètes jusqu'au 50e jour où l'on fête la Pentecôte, alias fête de Shavouot.

Cette gerbe des prémices accompagnée de l'agneau sans défaut symbolise l'Oint que personne ne pouvait toucher après sa résurrection afin de garantir sa pureté lors de sa rencontre soumise avec son Père.

Il nous montre par là le chemin un peu semblable que suivra l'Eglise qui elle est symbolisée par les 2 pains avec du levain que l'on offre avec le froment de la récolte qui commence au moment de la Pentecôte. Ici, l'offrande contiendra exceptionnellement du levain qui symbolise le péché dont nous n'aurons pas réussi à nous débarrasser complètement au moment de notre rencontre avec notre Sauveur lorsqu'il viendra en tant que Messie prendre la succession de Satan sur la terre. Lisons un peu de cela en I Corinthiens 15: 20-28

« 20 Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. 21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c`est aussi par un homme qu`est venue la résurrection des morts. 22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, 23 mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. 24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Elohim et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. 25 Car il faut qu`il règne jusqu`à ce qu`il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c`est la mort. 27 Elohim, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu`il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. 28 Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin qu’Elohim soit tout en tous. »

Et donc, ce que nous venons de lire en cette épître de Paul aux Corinthiens nous montre encore bien comment,  à la toute fin de sa mission, le Messie et Fils d’Elohim va témoigner sa soumission à son Père Bien-aimé!

 

Le Messie ressuscité est la Tête du Corps

du Premier-Né Spirituel,

Fruit de la Conception du Créateur

chez la Nouvelle Jérusalem Céleste,

la Mère Spirituelle du Nouveau Monde à Venir !

 

Beaucoup parmi nous n’ont pas encore saisi toute la signification spirituelle associée avec la notion de Premier-né. Notre Messie est sans doute le Premier-Né d’entre les morts mais il est aussi la Tête du Corps du Premier-Né Spirituel que constitue l’Eglise.

 

« Il est la tête du corps de l'Eglise; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. » (Colossiens 1 : 18)

 

« Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang : Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent au Christ, lors de son avènement » (I Corinthiens 15 : 22-23)

 

Et tout comme Marie fut la mère porteuse physique du Messie en vue de sa naissance terrestre en tant que son premier-né engendré par le Créateur, le Premier-Né Spirituel qu’est l’Eglise avec à sa tête le Messie ressuscité aura aussi une mère spirituelle :

 

« Mais la Jérusalem d’en haut est libre, c’est elle qui est notre mère. » (Galates 4 : 26)

 

« Mais de Sion il est dit : Tous y sont nés, et c’est lui, le Très-Haut qui l’affermit. » (Psaume 87 : 5)

 

Ce corps de l’Eglise resplendira dans toute sa beauté et sera composé d’une multitude de membres:

·        Jésus Christ, la tête salvatrice

·        Les morts en Christ, depuis Abel jusqu’à la grande foule et les deux témoins, en passant par Hénoch, Noé, Abraham, Isaac, Jacob, alias Israël, Joseph, Moïse, Josué, Caleb, Samuel, David, les nombreux prophètes d’Esaïe à Daniel et Zacharie, les nombreux chrétiens postérieurs au Christ, sans oublier les fameux 144.000 « rachetés d’entre les hommes, eux aussi comme des prémices pour Elohim » (Apocalypse 14 : 1-5) pour n’en citer que quelques-uns !

·        Les vivants ayant survécu à la grande tribulation et réfugiés dans le lieu de protection.

·        Enfin viendront s’ajouter tous ceux qui seront issus de la seconde résurrection, les réchappés de la seconde mort.

 

 

Un sujet à explorer et à élucider :

La Nouvelle Jérusalem Céleste,

la Mère Spirituelle du Nouveau Monde à Venir, mais aussi la future épouse de l’Agneau !

 

Il y a ici des sujets qui dépassent peut-être notre compréhension car en effet, d’un côté il est écrit que la Jérusalem céleste est la mère de tous les croyants mais de l’autre côté, Apocalypse 21 nous la révèle aussi comme l’épouse de l’Agneau !

«v. 2 Et je vis descendre du ciel, d’auprès d’Elohim, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux… v. 9 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept dernières plaies vint et me parla en disant : Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’Agneau. Il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu… »

 

Mais notre Sauveur ne dit-il pas qu’il a une multitude de mères et de frères selon Marc 12 : 48-49 :

« Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis il étendit la main sur ses disciples et dit : Voici ma mère et mes frères. En effet, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère et ma sœur et ma mère. »

 

Voici un sujet à méditer en profondeur.


 

 

 

Courage à vous tous qui aspirez

au Monde à venir!

Demeurez dans l’humilité,

Fuyez l’irritation contre la méchanceté

qui va dominer le monde

pour quelques temps seulement.

 

Tout comme notre Seigneur et Sauveur, nous allons être soumis à une épreuve qui nous mettra dans des conditions telles que nous aurons l’impression d’être abandonnés par notre Père. N’était-ce pas aussi la situation dans laquelle se trouvaient les Hébreux peu avant leur libération quand ils souffraient les mauvais traitements imposés cruellement par les Egyptiens ?

N’était-ce pas aussi la situation de David, oint par le Père pour succéder à Saül, quand celui-ci le poursuivait sans cesse pour le faire mourir ?

En attendant la libération de la création par son Créateur, acceptons de nous soumettre PASSIVEMENT à l’iniquité sans la commettre. La méchanceté règne ou va régner partout comme la Parole nous en informe en plusieurs endroits :

« Parcourez les rues de Jérusalem, regardez, informez-vous, cherchez sur les places, s’il s’y trouve un homme, s’il y en a un qui mette le droit en pratique, qui recherche la fidélité et je pardonne à Jérusalem.

Même quand ils disent : Yéhoah est vivant ! En fait c’est faussement qu’ils jurent. Yéhoah, tes yeux ne cherchent-ils pas la fidélité ? Tu les as frappés et ils n’en souffrent pas ; tu les as consumés, et ils ont refusé de recevoir la leçon ; ils ont durci leur visage plus qu’un roc, ils ont refusé de se convertir.» (Jérémie 5 : 1-3)

 

« Le juste périt, et nul ne prend la chose à cœur ; les hommes de bien sont enlevés, et nul ne comprend que le juste est enlevé pour échapper au malheur. Il entrera dans la paix, il reposera sur sa couche, celui qui suit le droit chemin. » (Esaïe 57 : 1-2)

 

« Malheur à moi ! Car je suis comme à la récolte des fruits, comme au grappillage après la vendange : il n’y a point de grappe à manger, point de ces figues nouvelles que je désire.

L’homme loyal a disparu du pays, et il n’y a plus d’homme droit, ils sont tous en embuscade pour verser le sang, chacun tend un piège à son frère. Leurs mains sont habiles à faire le mal : le prince a des exigences, le juge agit par intérêt, le grand manifeste, lui aussi, son avidité, et ils font ainsi cause commune. Le meilleur d’entre eux est comme une ronce, l’homme droit pire qu’un buisson d’épines.

C’est le jour annoncé par tes sentinelles, le temps d’intervenir contre toi est arrivé. Ils sont maintenant dans la confusion. Ne croyez pas à un ami, ne vous fiez pas à un intime ; devant celle qui repose sur ton sein garde les portes de ta bouche, car le fils flétrit le père, la fille se soulève contre sa mère, la belle-fille contre sa belle-mère ; chacun a pour ennemis les gens de sa maison. » (Michée 7 : 1-6).

 

Suivons en cela l’exemple de paix et de silence suivi par le Messie qui à partir d’un certain moment a gardé le silence !